Position du Centre Émile Durkheim sur le vote d la LPR

  • 23/11/2020

Position du Centre Emile Durkheim sur le vote de la LPR

"Nous affirmons notre désaccord, sur le fond comme sur la forme, avec le projet de loi de programmation pour la recherche (LPR) qui risque de conduire à une dégradation supplémentaire du service public de l’enseignement supérieur. La très grande majorité des organisations professionnelles et des sociétés savantes ont manifesté leur désaccord depuis des mois avec ce projet, dénonçant notamment la précarisation accrue des métiers de l’ESR et le sous-financement patent du projet.

Nous déplorons en outre que ce projet soit proposé au Parlement dans le contexte de confinement et d’état d’urgence sanitaire, en ayant recours, qui plus est, à la procédure accélérée. À cette occasion, des dispositions introduites dans le projet de loi, lors de son examen au Sénat, nous semblent particulièrement préoccupantes. Elles concernent :

  • l'autorisation de recruter des enseignant·e·s-chercheur·e·s statutaires hors procédure de qualification par le Conseil National des Universités (CNU), remettant en cause le rôle essentiel joué par cette instance nationale de régulation professionnelle par les pairs. Cela constitue une menace particulièrement grave à l’encontre du caractère collégial, représentatif et pluraliste de l’évaluation ouvrant l’accès à ces fonctions, et un risque pour l’intégrité des procédures de recrutement et l’égalité des candidat·e·s.
  • l’introduction d’un article qui consiste à pénaliser « le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement ». Cette disposition porte atteinte aux libertés d’expression, de réunion et de manifestation qui distinguent les établissements universitaires.

Nous nous joignons aux initiatives de nos collègues et d’organisations représentatives pour demander le retrait du projet actuel, et sa refonte, conformément aux avis et aux propositions maintes fois exprimés par les principaux intéressés".

Mots clés :