13 Avril – Atelier Règles, normes, pratiques économiques

10 h Université de Bordeaux, campus Victoire, dépt. de sociologie, salle des séminaires

Hugo Meijer (chercheur à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire)

« Faire du commerce avec l’ennemi. La politique américaine de contrôle des exportations vers la République populaire de Chine »

 

Les travaux de Hugo Meijer portent sur l’élaboration de la politique américaine de contrôle des exportations de technologies à double usage vers la République populaire de Chine (1979-2009). Cet aspect de la relation sino-américaine n’a jamais fait l’objet d’une monographie dans l’après-Guerre froide. En s’appuyant sur un vaste corpus de sources primaires (170 entretiens, documents d’archives déclassifiés, auditions parlementaires et Wikileaks), son livre se propose de combler cette lacune dans la littérature sur les relations sino-américaines et d’enrichir les ressources conceptuelles et méthodologiques actuellement disponibles pour l’étude de l’élaboration de la politique étrangère. Le schéma explicatif vise ainsi à dépasser la dichotomie ‘déterminants internes/externes’ de la politique étrangère. D’une part, ce schéma intègre trois ensembles de variables – internationales, sociétales et étatiques – tout en examinant leur jeu interactif ; de l’autre, des méthodes et concepts relevant de la sociologie des élites sont employés afin d’identifier les acteurs clé participant au processus décisionnel. Cette étude montre que, après l’effondrement de l’Union soviétique, une combinaison de variables structurelles, bilatérales et internes – et leurs interactions réciproques – ont érodé la capacité des États-Unis de contrôler, au niveau tant unilatéral que multilatéral, le transfert de technologies à double usage vers la Chine. Dans l’environnement stratégique, économique et technologique de l’après-Guerre froide, la stratégie consistant à utiliser les contrôles à l’exportation comme un outil de containment technologique/économique vis-à-vis de la Chine est devenue de moins en moins viable.

Localisation de l’événement