07 Novembre – Journée d'études de l'axe Identifications

09 h Sciences Po Bordeaux, amphi Ellul et salle Camus

Les dynamiques territoriales de l’Économie sociale et solidaire : entre mobilisations et institutionnalisations

Journée d’étude du programme de recherche ESSAQUI

(Centre Emile Durkheim-IFAID-Conseil Régional Nouvelle Aquitaine)

  • 9h30-12h30 : session 1 : amphi Ellul

Discutants : Andy Smith (FNSP-Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux) et Robert Lafore (Sciences po Bordeaux-COMPTRASEC)

Introduction: rappel de la problématique du projet ESSAQUI et présentation de la journée

Xabier Itçaina (CNRS-Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux)

 

Les pratiques de travail institutionnel d’adoption d’un dispositif public : le cas de deux Pôles Territoriaux de Coopération Économique

Céline Bourbousson (LEST-Université Aix-Marseille)

Nous proposons dans cette communication de nous intéresser à la « mise en dispositif », au sens de Foucault (1977), de projets de polarisation territoriale dans le champ de l’économie sociale et solidaire (ESS). Nous nous appuyons sur une analyse multi-niveaux qui se décline sous la forme : 1) d’une enquête qualitative sur l’élaboration du dispositif Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) par les acteurs nationaux, 2) de deux études de cas auprès de deux de ces pôles en région Paca. Notre travail permet d’éclairer le phénomène de banalisation du dispositif PTCE en donnant à voir l’évolution des logiques institutionnelles qui contribuent à le façonner. Alors même que dans un premier temps, la logique civique de développement territorial alternatif domine dans la construction du dispositif, ce dernier connaît par la suite l’introduction et la domination d’une logique gestionnaire de normalisation de l’ESS. Dans ce contexte, nous mobilisons la grille d’analyse du travail institutionnel pour cerner les pratiques mises en œuvre par les deux PTCE que nous analysons pour gérer le pluralisme institutionnel une fois entrés dans le dispositif. Notre analyse révèle que le PTCE qui parvient à survivre et à se développer est celui qui hybride les logiques civique et gestionnaire. Le second PTCE, très façonné par la logique civique et qui a la particularité de mettre en place des pratiques que nous qualifions de résistance institutionnelle, ne parvient pas à pérenniser son activité. L’approche néo-institutionnaliste que nous mobilisons dans le cadre de l’adoption d’un dispositif public nous permet alors de rendre compte de la dimension stratégique de ce dispositif, ainsi que des conditions nécessaires - pour les projets qui s’emparent- à sa pérennisation.

Faire territoire par la coopération : l’expérience du PTCE Sud Aquitaine

Xabier Itçaina (CNRS-Centre Emile Durkheim, Sciences po Bordeaux)

Les Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), consacrés par la loi ESS de 2014, constituent une forme innovante de polarisation territoriale de l’ESS. A la différence des PTCE « filière », le PTCE Sud Aquitaine est un PTCE territorial aspirant à repenser de façon transversale les articulations entre ESS, développement local et solidarité territoriale. Loin de se limiter à une addition de statuts entrepreneuriaux, l’ESS ambitionne ici de nourrir profondément les modèles de développement territorial. A ce titre, le PTCE Sud Aquitaine, situé à Tarnos (Landes) constitue une expérience originale associant une vingtaine de structures de l’ESS, les acteurs des politiques publiques et les acteurs privés marchands dans une démarche conjointe de coopération territoriale. Cette forme de polarisation innovante résulte à la fois d’une matrice territoriale fondée sur une histoire longue de la coopération, et ce depuis la période de reconversion industrielle du territoire, et sur les stratégies contemporaines d’acteurs pensant le développement local par et pour l’ESS. Enfin, de par les configurations d’acteurs qu’elle mobilise, l’expérience du PTCE a des effets territoriaux : associant acteurs landais, béarnais et basques, le PTCE Sud Aquitaine vient à plusieurs égards redéfinir les cadrages territoriaux institués et y substituer un nouveau territoire de projet.

L’innovation sociale à l’épreuve du territoire

Laura Douchet (Doctorante CIFRE SCOP Ellyx-Centre Emile Durkheim)

Notre communication va se demander comment les dispositifs de soutien à l’innovation sociale ainsi que des projets se revendiquant de l’innovation sociale s’inscrivent et participent à construire les territoires dans lesquels ils se déploient. Dans un premier temps, l’innovation sociale apparaît en effet comme « fondamentalement territoriale » (Durance, 2011, p.49) au sens où le territoire est le cadre par lequel peut se poser la question de comment faire société. Néanmoins, le travail institutionnel de territorialisation de l’innovation sociale entretient une confusion ou un dialogue avec des sens connexes, tels que le local, les territoires administratifs, ou encore la proximité. Nous regarderons donc les cadrages des projets d’innovation sociale qui sont ainsi produits dans un deuxième temps. Enfin, nous chercherons à voir comment les projets d’innovation sociale s’intègrent dans différentes échelles, qui peuvent s’emboiter ou interagir et dépendent de territoires et de systèmes d’appartenance multiples. 

L’accompagnement DLA et ses contraintes sectorielles : l’exemple de l’IAE et de la culture.

Armelle Gaulier (Centre Emile Durkheim-Les Afriques dans le Monde)

L'Insertion par l'Activité Economique (IAE) est en France une mission de service public déléguée qui connaît aujourd'hui une réelle concurrence avec des entreprises sociales d'insertion par le travail. Le secteur de l'IAE devient un champ complexe où une diversité d'acteurs publics, parapublics et privés interagissent. Le même constat peut être fait dans le secteur de la culture, pourtant s'il est évident que l'IAE s'organise autour d'un « quasi-marché » les acteurs culturels du territoire restent encore largement dépendants des aides de l'Etat. Ayant pour objet de soutenir et professionnaliser le secteur associatif, le Dispositif Local d'Accompagnement (DLA) aide aussi bien les associations culturelles que les structures de l'IAE. Dans cette présentation, en s'appuyant sur les accompagnements réalisés dans le cadre du DLA, nous répondrons à la question suivante : l'accompagnement des structures de l'IAE diffère-t-il de l'accompagnement des associations du secteur de la culture ?

  • 14h-16h : session 2 - salle Camus

Les régimes territoriaux de l’institutionnalisation de l’ESS : vers une grille comparative

Session de travail interne du projet ESSAQUI (intervenants de la matinée, IFAID Aquitaine, Alain Penven (LABERS-Université de Rennes) ; Nadine Richez-Battesti, Lucie Bondoux et Julien Maisonasse (CNRS-LEST, Université d’Aix-Marseille)

  • 16h30-18h30 : amphi Ellul

La fin du monde associatif ?

Conférence-Débat sur l'action publique : l'exemple du DLA

Partenariat Centre Emile Durkheim - IFAID Aquitaine

 

Présentation du travail d'Armelle Gaulier, Docteure en Sciences Politiques, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux.

Pour en savoir plus : https://durkheim.u-bordeaux.fr/Recherches/Identifications/ESSAQUI

Localisation de l’événement