19 Mars – Séminaire d’économie politique conjoint CED & LAM | La construction du prix dans les capitalismes : quel rôle pour l'État ?

13 h en ligne

Séminaire Économie politique des capitalismes : perspectives Nord/Sud conjoint CED & LAM

Séminaire lam/ced

La construction du prix dans les capitalismes : quel rôle pour l'État ?

Ahmed Fouad El Haddad et Thibaut Joltreau

Cas n°1 : Libéraliser les prix en zigzag. Les formules de fixation des prix des produits pétroliers au Maroc 

Si la libéralisation des produits pétroliers au Maroc en 2015 signe a priori un évanouissement des logiques politiques face aux logiques économiques, l’analyse a posteriori des trajectoires des formules de fixation des prix des produits pétroliers depuis 1982 laisse voir une libéralisation en zigzag. Cette libéralisation sinueuse est mise au jour par une revue de la presse économique et des délibérations parlementaires précédant l’adoption des formules qui se sont succédées. Ces formules passent respectivement d’une indexation sur les cours mondiaux (formule libérale), à une fixation réglementaire des prix (formule administrative), à un plafonnement des subventions (formule régulée), avant de connaître finalement une nouvelle libéralisation. Cette dernière libéralisation s’est finalement traduite par une hausse des prix à la pompe, malgré la baisse à l’échelle mondiale des cours du pétrole. L’arrivée du mouvement de boycott de 2018 contre la cherté de la vie a fini par avoir raison de cette formule. Le gouvernement a été, en effet, contraint de mettre en place une nouvelle formule dans laquelle les marges des distributeurs d’hydrocarbures sont directement plafonnées (formule négociée). Une sociologie politique de la politique des prix révèle ainsi un difficile retrait de l’Etat qui ne corrobore pas la thèse d’une mise en marché croissante et, surtout, linéaire de l’action publique économique dans les pays du Sud, réputés dépendants financièrement et programmatiquement des bailleurs de fonds.

Cas n°2 : La construction du prix de la canne à sucre dans les DOM français : sociologie politique d’une économie contractuelle interprofessionnelle 

La construction sociale du prix de la canne à sucre des DOM est le produit d’un rapport de force postcolonial entre le capital et le travail (industriels et agriculteurs) qui fait l’objet d’une médiation par l’État territorialisé, et qui prend la forme d’un compromis interprofessionnel contractualisé. Ce rapport de force et sa médiation institutionnelle par l’État peuvent être analysés d’un même élan par une sociologie politique portée à l’échelle méso-économique de la filière ou de l’industrie. Cette communication commence par replacer dans son historicité l’émergence de la médiation de ce rapport de production par l’État, avant d’analyser les acteurs, les institutions et les processus politiques qui structurent l’économie contractuelle interprofessionnelle de cette industrie. Une telle analyse appelle dans un dernier temps une réflexion interrogeant la manière dont cette construction sociale du prix dans l’économie contractuelle interprofessionnelle caractérise le capitalisme agraire français d’outre-mer, celui-ci étant alors autant conditionné par l’espace social dans lequel il s’inscrit (la France d’outre-mer) que par la structuration de la branche sectorielle en question (l’industrie agroalimentaire et sa régulation).

Lien Zoom 

Localisation de l’événement