08 Décembre – Séminaire de l'axe Vulnérabilités, inégalités, parcours

14 h Université de Bordeaux, campus Victoire, dépt. de sociologie, salle des séminaires

Charles Fleury, Université Laval, Québec

 

« Le statut de résident temporaire au Canada comme source d'inégalités et de précarité »

Auteurs : Charles Fleury, Danièle Bélanger, Myriam Ouellet et Guillaume Haemmerlin

 Résumé :

Depuis une dizaine d’années, le Canada a effectué de nombreuses révisions de sa politique migratoire. Le changement le plus visible est sans doute l’augmentation du recours aux migrants à des fins d’équilibre à court terme du marché du travail. Les entrées annuelles de résidents temporaires se sont en effet fortement accrues au cours des années 2000, surpassant, depuis quelques années, celles des résidents permanents. Selon plusieurs observateurs, ce recours de plus en plus marqué aux travailleurs temporaires augmenterait fortement les inégalités entre les migrants et les citoyens, et entre les migrants eux-mêmes. La situation et l’expérience des migrants des secteurs agricoles et de l’aide domestique ont, à ce titre, généré un grand nombre de travaux de recherche. Dans ce corpus, un consensus se dégage : les travailleurs temporaires peu qualifiés vivent des situations de précarité créées par la nature même des programmes qui les rendent vulnérables. Beaucoup moins de travaux ont été réalisés sur les travailleurs temporaires qualifiés, comme si les droits supplémentaires dont ils jouissent au Canada (droit de migrer avec les membres de leur famille et d’accéder à la résidence permanente) présumaient une situation beaucoup plus favorable. S’appuyant sur une exploitation de données quantitatives et une analyse de données qualitatives retraçant le parcours de personnes ayant eu le statut de « travailleur qualifié temporaire » au Québec au cours de la période 2008-2016, la présente communication examine quelques répercussions du statut de résidence temporaire sur la vie de ces personnes. L’argument défendu est que le statut de résident temporaire, indépendamment du niveau de qualification et des droits différenciés qui y sont associés, est source d’inégalités entre travailleurs immigrants et temporaires (analyse quantitative) et de précarité (analyse qualitative). Ainsi, nos résultats soulignent des effets négatifs d’un régime migratoire accordant une place croissante aux travailleurs temporaires.

Localisation de l’événement