15 Mars – Séminaire général

14 h

« Idéologies politiques et changements social »

Quels rapports les mouvements sociaux, et notamment les événements révolutionnaires, entretiennent-ils avec les idées ? Ont-ils parfois pour cause des pensées ? Et qu’appelle-t-on « idées » ou « pensées » dans ce cas ? Les « idées » existent-elles indépendamment des institutions ou pratiques qui les sous-tendent ? Appelle-t-on idées des systèmes conceptuels élaborés par des intellectuels (philosophes, écrivains), ou la culture plus en général ?

Par exemple, peut-on considérer Diderot, D’Alembert, Rousseau, et des auteurs de moindre importance que ceux-là, comme ayant contribué d’une manière ou d’une autre par leurs écrits au surgissement et au déroulement de la révolution française ? Faut-il tenir Marx et Engels comme (causalement) responsable de la révolution russe, ou le libéralisme comme à l’origine de l’effondrement du mur du Berlin ? Les « idées démocratiques », ou la théologie musulmane, ont-elles eu une influence, et si oui de quelle nature, sur le « Printemps arabe » ? Est-ce qu’au contraire la pensée est étrangère au changement social et aux révolutions, dont il faudrait trouver les causes dans d’autres mécanismes, par exemple dans des bouleversements économiques ou géopolitiques ?

Cet ensemble de questions a été abordé par la plupart des sociologues classiques. Marx Tocqueville et Weber, parmi d’autres, ont développé à son propos des théories originales. Chez les historiens, Perry Anderson, François Furet, Roger Chartier et William Sewell en ont proposé des analyses. Dans les sciences sociales contemporaines, la « nouvelle sociologie des idées » et l’ « histoire sociale des idées politiques » perpétuent ces questionnements, sous des formes différentes de celles des classiques.

La séance s’organisera autour de l’intervention de trois collègues, qui aborderont la problématique à partir de recherches en cours (papiers à venir).  

 

Magali Della Sudda (CNRS, Centre Emile Durkheim) : « L’Alterféminisme : appropriations pratiques et contestations culturelles »

Thierry Oblet (Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim) : « Changement social et mythe des origines. »

Arnault Skornicki (Université Nanterre Paris Ouest, Institut des sciences sociales du politique) : « Vers l’industrie pacifique ? Métamorphoses et crise d’un lieu commun à l’aube de l’ère industrielle »

DiscutantEs : Razmig Keucheyan, Julie Patarin Jossec, Antoine Roger.

Localisation de l’événement

Itinéraire