12 Février – séminaire doctoral

12 h site Victoire, salle des séminaires

mardi 12 février 2019 /// séminaire doctoral, Myriame Ali-Oualla et Soukeyna Boubacar Niang

SÉMINAIRE DOCTORAL

Cette séance du séminaire doctoral sera consacrée aux présentations de :
SOUKEYNA NIANG 

[Retour de terrain] Ce que les conflits armés font aux rapports de genre : recomposition des rôles sociaux de genre dans le contexte actuel de ni paix ni guerre en Casamance (sud du Sénégal) 

Cette présentation s’intéresse au conflit armé de Casamance et à ses effets transformateurs sur les rôles sociaux de genre, en particulier celui des femmes. Le conflit de Casamance est un des plus vieux conflits du continent africain, opposant depuis près de 40 ans le Sénégal au Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) qui réclame l’indépendance de la partie sud du territoire sénégalais. Les affrontements ont causé près de 5000 morts (Marut, 2010) avec des retombées sous régionales importantes en Gambie et en Guinée Bissau, traduisant l’échec des pourparlers et accords de paix successifs (Foucher, 2012; Marut, 2014, Bassène, 2015). Depuis le début des années 2000 avec l’arrivée d’Abdoulaye Wade au pouvoir puis de Macky Sall en 2012, le conflit est entré dans une phase d’accalmie ponctuée par des pics de violence liés à des enjeux de survie économique (trafic de bois, trafic de chanvre indien, trafic de l’anacarde, braquages, enlèvements) mis en en place par une guerilla qui ne dispose plus de ses soutiens extérieurs et frontaliers. C’est dans ce contexte singulier de « ni paix ni guerre » que nous nous proposons d’étudier l’évolution des rapports hommes/femmes. 

MYRIAME ALI-OUALLA 

La mobilité et trajectoires résidentielles des migrants marocains : éléments d’une anthropologie de l’espace contemporain

La présentation portera sur la structure et le plan de la thèse qui traite de la spatialisation des effets de la migration marocaine aux échelles nationale et internationale. L’étude s’intéresse à des échantillons de la population marocaine à des stades différents de la migration dans la ville de Salé pour la migration nationale, et dans la ville de Bordeaux pour la migration internationale. La multiplicité des échelles d’analyse (migrations nationale et internationale aux échelles spatiales territoriale, urbaine et domestique) ainsi que l’asymétrie constatée entre les terrains comparés, nécessitent une (re)structuration de la réflexion qui ne ferait défaut ni aux spécificités des cas ni aux convergences des deux.

MARDI 12 FÉVRIER 2019

12.00-14.00 
site Victoire, salle des séminaires

séminaire doctoral 12 février

Localisation de l’événement