28 Janvier – soutenance de thèse | Manon Labarchède

14 h zoom

soutenance de thèse | Manon Labarchède

soutenance de thèse

Manon Labarchède

(sociologie)
Les espaces de la maladie d'Alzheimer : conditions de vie, hébergement et hospitalité
sous la direction de Guy Tapie & Muriel Rainfray

 La soutenance se déroulera le jeudi 28 janvier 2021 à 14h en distanciel via Zoom

 Le jury sera composé de :
◾ Isabelle Mallon Professeure de sociologie Université Lyon Lumière II (présidente)
◾ Véronique Biau  Architecte-urbaniste en chef de l’État, ENSA Paris-La Villette - Let-UMR Lavue (rapporteure)
◾ Vincent Caradec Professeur de sociologie - Université de Lille (rapporteur) 
◾ Nathalie Salles Professeur des Universités – Praticien hospitalier en gériatrie - CHU de Bordeaux (examinatrice)
◾ Jean-Jacques Amyot Psychosociologue (invité)
◾ Muriel Rainfray Professeure émérite - Université de Bordeaux (co-directrice)
◾ Guy Tapie Professeur de sociologie - Laboratoire PAVE ENSAP Bordeaux (co-directeur)

manon labarchède

Résumé : 

La maladie d’Alzheimer s’est imposée depuis près de cinquante ans comme un champ à part entière de connaissances, de traitements et d’accompagnements des personnes malades. Initialement, la prise en charge collective des personnes s’effectuait au sein d’unités dédiées, en raison de leur singularité comportementale. L’offre d’hébergement s’est peu à peu étoffée, en vue d’améliorer leurs conditions de vie. Des établissements spécialisés et plus récemment encore des projets « innovants » cherchent à promouvoir des logiques d’intégration sociale et spatiale.

Cette thèse met en évidence la relation entre les conditions d’accueil et de prise en charge des personnes malades et les caractéristiques spatiales et architecturales d’hébergements destinés à une population spécifique. Elle est interrogée à partir du concept d’hospitalité. La recherche s’appuie sur le choix raisonné de huit études de cas : unités dédiées (2), EHPAD spécialisés (2) et projets innovants (4) La méthodologie combine des entretiens semi-directifs (42) et des observations in situ (200h). Les investigations soulignent le rôle multiple de l’architecture : comme grille de lecture de processus sociaux ; comme facteur de changement ; comme élément d’inclusion ; comme support d’une domesticité repensée.

Localisation de l’événement