Jessica Brandler-Weinreb

Docteure en Sociologie de l'Université Paris 3 (IHEAL/CREDA UMR 7227)

Mots clés : citoyenneté, classes populaires, démocratie participative, femmes, genre, imaginaires, local, participation, politique, pouvoir, quartiers, subalternes, territoire, vie quotidienne

Responsabilités scientifiques et institutionnelles

  • Chargée de recherche et de coordination projet SCIVIQ -Solidarités, Citoyenneté et Vivre-ensemble dans les Quartiers face à la Covid-19 (Forum urbain), 2020-2022
  • Chargée de mission projet POPSU 3 "Ressources métropolitaines", ENSAP Bordeaux (PAVE), 2020
  • Cheffe de projet cohésion sociale et développement territorial de la commune de Bassens, 2019-2020
  • Coordination scientifique, avec M. Paoletti, d'un projet européen H2020 SwafS, de recherche-action, portant sur l’impact des normes d’excellence scientifique, du point de vue du genre, sur les carrières académiques (volet science avec et pour la société), avec le soutien de l’ANR MRSEI. Université de Bordeaux. 2018-2020
  • Membre du Laboratoire Visage (Violences fondées sur le genre : données, santé, jeux d’échelles), Resp. C. Cavalin, P. Delage et D. Lacombe
  • Membre du Réseau d’Études Pluridisciplinaire Citoyenneté et Éducation (REPCITÉ)
  • Membre du programme ECOS-Nord  "Nouvelles formes de participation citoyenne. Genre, droits, bureaucratie (EHESS-GIEG)", projet français dirigé par Catherine Alès (CNRS-EHESS), 2012-2016
  • Membre fondatrice et comité de rédaction de la revue électronique RITA, Revue Interdisciplinaire de Travaux sur les Amériques, (classée par LATINDEX en 2011)
  • Membre fondatrice du GEIVEN (Groupe d’Etudes Interdisciplinaire sur le Venezuela) 

Axes et ateliers du laboratoire

  • atelier Genre
  • axe Identifications

Recherches en cours

J’ai consacré mes recherches passées à la question de la participation politique des femmes dans les dispositifs étatiques développés au Venezuela, sous les gouvernements Chávez. Ma thèse, intitulée « Participation, politisation et rapports de genre : changement social en milieu populaire (Venezuela, 2002-2012) », prend pour objet le rapport des femmes des classes populaires au politique, étudié à partir de deux phénomènes : leur incorporation massive aux instances locales de participation et la politisation sans précédent qui caractérise le Venezuela bolivarien. Plus que la politisation et la participation en elles-mêmes, la thèse s’attache à comprendre comment une politique nationale top down qui valorise les affaires locales et le registre du quotidien, modifie les pratiques, les représentations et les affects des femmes des classes populaires, de tous les bords partisans, qui se construisent comme sujets politiques.

Après la thèse, j’ai travaillé sur un projet de comparaison des héritages politiques des expériences participatives brésilienne et vénézuélienne dans les contextes de crise actuels. Puis, en m’associant au Centre Emile Durkheim (CED), j’ai rejoins une équipe de recherche pluridisciplinaire étudiant le rôle du Conseil Municipal des Enfants (CME) dans l’éducation à la citoyenneté des enfants à Bordeaux, en analysant également les rapports adultes-enfants au sein du dispositif. J’ai donc poursuivi mes travaux sur la participation politique en changeant de contexte socio-culturel, de dispositif et de public. Depuis 2016, mes recherches latino-américaines se sont donc élargies à de nouvelles opportunités scientifiques et professionnelles en France. La recherche-action sur le CME de Bordeaux, nourrie de l’expérience en tant que cheffe de projets dans le domaine de la cohésion sociale et de la politique de la ville d’une collectivité, ont confirmé mon intérêt à travailler sur la fabrique de l’action publique et sur son incidence dans la vie quotidienne des habitants et des habitantes, dès le plus jeune âge, en gardant la question du rapport au territoire comme un axe de travail transversal à explorer. Dans le contexte actuel de pandémie, nous avons travaillé avec l’équipe du Forum urbain sur le montage d’un projet de recherche-action, avec des associations, sur la question de la citoyenneté et des solidarités dans les quartiers populaires à l’heure de la Covid-19. Mes prochaines recherches porteront donc sur ce sujet.

Enseignement

Monitorat : 2008–2011 (IHEAL-Paris3 / CREDA UMR 7227).

Matières enseignées :

- Genre et Développement en Amérique latine (26h CM), M1-M2, Pluridisciplinaire, 2010-2011.

- Atelier d'écriture en Sciences Sociales (12h TD), M1-M2, Pluridisciplinaire, 2010-2011.

- Introduction à la pensée et aux théories sociologiques (40h TD), M1-M2, Sociologie, 2008-2011.

- Construire son objet de recherche (méthodologie -8h TD), M1-M2, Pluridisciplinaire, 2008-2009.

- Hommes, Femmes, Sexes et Genre : entre construction sociale et nature biologique (2h CM), M1, Sociologie, 2008-2009.

Deux séminaires de recherche annuels (co-organisation) :

- Approches des représentations sociales et symboliques au Venezuela, Séminaire du GEIVEN (14h TD), 2011-2012.

- Genre et Mobilité : famille, migration, travail, Séminaire du CREDA (48 TD), 2010-2012.

Un atelier d’ouverture culturelle à l’ESSAC de Bordeaux :

-Sociologie des inégalités hommes-femmes : de l’intime à l’espace public, Département d’affaires internationales (15h TD), 1ère année, 2018.

Publications récentes

Publications dans des revues à comité de lecture 

  • "Enquêter sur la participation populaire en contexte de politisation extrême : saisir l’intime au cœur des dynamiques institutionnelles", Bulletin de Méthodologie Sociologique, 2018, 137-138, p. 45-69
  • "Du pouvoir citoyen au pouvoir populaire: l'institutionnalisation de l'action politique des femmes au Venezuela", Critique Internationale, 69, octobre-décembre 2015, p. 153-170
  • "Au delà des représentations de genre : féminité et pouvoir social dans les Conseils Communaux au Venezuela", L’Homme. Europäische Zeitschrift für femistische Geschichtswissenschaft (L’Homme. European Journal of Feminist History), 1, p. 119-126 ( "Mujeres, Poderes y Política: una inclusión excluyente ?", Nuevo Mundo Mundos Nuevos. Bibliografías. 2010.

Articles dans des ouvrages collectifs 

  • "Femmes des classes populaires et participation : imaginaires politiques et construction d’une résistance au quotidien", V. Moléro (dir.), Femmes en résistance : du XVIIIème siècle à nos joursUniversité Grenoble Alpes, 2018, dans revue ILCEA4
  • "Maternité politique et participation locale : modalités pratiques d’un engagement quotidien sous Chávez", K. Bergès, D. Burgos-Vigna, M. Yusta Rodrigo et N. Ludec (dir.), Résistantes, militantes, citoyennes : l’engagement politique des femmes aux XXe et XXIe siècles, Rennes : Ed. PUR, Collection Monde hispanophone (n°43), 2015, p. 103-120.
  • "La participation politique des femmes dans les Conseils locaux de planification publique", Compagnon O., Rebotier J. et Revet S. (dir.), Le Venezuela au-delà du mythe. Chavez, la démocratie, le changement social, Paris, Ed. de L’Atelier, 2009, p. 77-86.

Direction de numéro de revue

Thèse en ligne

Autre page personnelle

Mots clés :

Mise à jour le 05/11/2020

Contact

Jessica Brandler Weinreb
Docteure en sociologie

Informations complémentaires