Sophie Duchesne

Directrice de recherche au CNRS /// Directrice du Centre Émile Durkheim

Domaines de spécialisation | Mots clés

Mots clés : politisation, citoyenneté, nationalisme, européanisation, identités politiques, théorie et sociologie politiques, méthodes des sciences sociales, France, Royaume-Uni

Responsabilités scientifiques et institutionnelles

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Identifications (co-animatrice) 

Recherches en cours

Mes recherches sont centrées sur le rapport que les individus entretiennent avec le système politique en démocratie, à partir des cas français, anglais et belge (francophone). Elles ont pour caractéristique d’articuler analyse empirique et théorie politique, avec un soin particulier apporté aux réflexions de méthodes de construction et d’analyse de données. Formée au CEVIPOF, à Sciences Po, j’ai passé plusieurs années à l’étranger, à Florence et Berlin pendant ma thèse, puis à Oxford où j’ai séjourné 5 ans. Je suis particulièrement sensibilisée aux spécificités des sciences sociales françaises rapportées aux questions et méthodes qui nourrissent le débat international et je m’efforce de les faire dialoguer afin de tirer avantage des unes et des autres. Le décalage est net pour tout ce qui touche aux questions relatives aux identifications politiques et notamment celle sur laquelle je travaille actuellement, l’identification à la nation.

Pendant 20 ans, j’ai surtout contribué au champ des études européennes. Tout d’abord avec A.-P. Frognier puis dans le cadre d’une recherche comparative (France, Belgique francophone et Angleterre) sur les réactions à l’intégration européenne que j’ai coordonnée. Publié en 2013 chez Palgrave, notre livre montre comment la focalisation politique sur l’euroscepticisme masque l’indifférence des citoyens de ces pays à l’Union Européenne – et ce, y compris en Grande-Bretagne – ainsi que l’ampleur des transformations des identifications nationales produites par la globalisation et leur conséquences délétères sur le fonctionnement des démocraties européennes.

En France, après avoir longtemps collaboré avec F. Haegel sur la politisation et contribué avec elle à introduire dans nos disciplines la pratique de l’entretien collectif, j’ai animé un groupe de recherche sur la réanalyse des enquêtes qualitatives. Là encore, je m’inspire d’une évolution à l’œuvre en Grande-Bretagne et aux États-Unis, à savoir l’analyse secondaire des enquêtes qualitatives en sciences sociales, pour la revisiter en tirant parti des qualités théoriques et critiques de la sociologie politique française.

Depuis mon dernier séjour à Oxford (année 2017-2018), je travaille à remettre sur le chantier la notion de nationalisme banal, proposée par Michael Billig (1995). Après avoir coordonné la traduction du livre de M.Billig (parue aux Presses de Louvain en 2019), j’ai entrepris de construire un projet de recherche sur la transmission du sentiment d’appartenance à la nation, le projet ETPAF, en collaboration avec Maylis Ferry.

Encadrement de recherches doctorales

  • Youness Abeddour, "Des identités marocaines en France et en Israël: une étude de la deuxième et la troisième génération" - co-tutelle avec Orit Yekutieli, Ben-Gurion University of the Negev.
  • Heba Amin,  "Les valeurs Sacrées des croyants musulmans à l’épreuve des valeurs laïques et républicaines de la France".
  • Géraldine Bozec, "Les héritiers de la République. Éduquer à la citoyenneté à l’école dans la France d’aujourd’hui" (soutenue en 2010)
  • Charlotte Dolez, "L’écume des news. Sociologie politique des usages des informations à partir d’entretiens de couple" (soutenue en 2013)
  • Lucas Guffanti, "Pleurer les morts, gueuler la mort : disposer des défunts ‘indigents’" (soutenue en 2016)
  • Louisa McDonald, "Encodage et décodage du nationalisme banalisé : enquête en Nouvelle-Aquitaine sur la transmission des appartenances dans la famille au prisme des objets culturels à destination des enfants" - en cotutelle avec Florence Delmotte (CRESPO), Université Saint Louis de Bruxelles.
  • Roger Nicolas Oyono, "Processus de légitimation des élites gouvernementales au Cameroun: essai d'une perspective sociohistorique des motions de soutien au Président de la république (1990-2020)" - en codirection avec Emmanuelle Bouilly (LAM, Sciences Po Bordeaux)
  • Farah Ramzi, "Enquêtes sur le rapport au politique des jeunes Egyptiens". Co-tutelle co-tutelle avec avec M.Bennani-Schraibi, Université de Lausanne (soutenue en 2019)
  • Vanessa Scherrer, "Citoyens sous tensions : analyse qualitative des rapports à la politique et des configurations d’appartenances à partir d’entretiens projectifs sur les proches" (soutenue en 2008)
  • Julie Testi, "La valorisation de l’engagement associatif par les universités : émergence et mise en place de dispositifs" (soutenue en janvier 2021)
  • Katharine Throssell, "Enfance et Identité Nationale : une étude comparative des processus de socialisation politique en France en Angleterre" (soutenue en 2012)
  • Vincent Tiberj, HDR : "Les citoyens qui viennent : comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France" (soutenue en 2016)
  • Virginie Van Ingelgom, "Intégrer l’indifférence. Une approche comparative, qualitative et quantitative, de la légitimité de l’Union européenne" - co-tutelle avec A.-P. Frognier, Louvain-la-Neuve University, Belgium. (soutenue en 2010)

Enseignement

  • Tutorat M2
  • séminaire d’accueil des doctorant.es de l’IEP de Bordeaux

Publications récentes

  • avec P. Balsiger, M.-A. Bodet, M. Brugidou, D. Cartron, M. Delon, J. Dodeigne, C. Dupuy, O. Fillieule, F. Gougou, C. Hamidi, V. Le Hay, C. Noûs, K. van Meter, "Un numéro 'précaires' pour quoi faire ?/ Why a special issue on ‘precarity’?"', Bulletin de Méthodologie Sociologique / Bulletin of Sociological Methodology, 147-148, August 2020, p. 3-12.
  • avec Camille Noûs, "Apories de la mise en banque : retour d’expérience sur la réutilisation d’enquêtes qualitatives", Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #19 | 2019, mis en ligne le 22 juillet 2020.
  • avec Viviane Le Hay, "Mobilisons-nous !/Rise Up!", Bulletin de Méthodologie Sociologique / Bulletin of Sociological Methodology, 145, avril 2020, p. 3-6.
  • Introduction à l'édition française de : Que reste-t-il du nationalisme banal ?", Michael Billig, Le nationalisme banal, Louvain-la-Neuve (Belgique), Presses universitaires de Louvain, 2019, p. 5-27.
  • "Reply to Skey and Fox about the paper ‘Who's afraid of banal nationalism?’", Nations and Nationalism, 24(4), 2018, p. 867-870.
  • "Who's afraid of banal nationalism?", Nations and Nationalism, 24(4), 2018, p. 841-856.
  • avec Viviane Le Hay, "Editorial : Conter nos méthodes/Recounting our Methods", Bulletin de Méthodologie Sociologique / Bulletin of Sociological Methodology, 137-138, January/April 2018, p. 3-8.
  • "Using Focus Groups to Study the Process of (de)Politicization", Rosaline Barbour and David Morgan (eds.), A New Era of Focus Group Research, Palgrave Macmillan, ch.17, 2017, p. 365-387.
  • "De l’analyse secondaire à la réanalyse. Une innovation méthodologique en débats", Recherches Qualitatives, Hors-série "Les actes", 21, 2017, p. 7-28.
  • avec Claire Dupuy, "La réanalyse au service de l’interdisciplinarité ?", Recherches Qualitatives, Hors-série "Les actes", 21, 2017, p. 76-98.
  • avec Matthieu Brugidou, "Bequali, une archive en question", dossier "Ce que les data font aux SHS (et vice-versa)", Revue d’anthropologie des connaissances, 11(4), 2016, p. 531-556.
  • avec Marie-Claire Lavabre, "Pas de chrysanthèmes pour le ‘sentiment national’", Olivier Fillieule et Florence Haegel et Camille Hamidi et Vincent Tiberj (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques. Je vote, tu contestes, elle cherche… Mélanges pour Nonna Mayer, Paris, Presses de Sciences Po, ch.14, mars 2017, p. 371-396.

 

Bibliographie

Mots clés :

Mise à jour le 10/05/2021

Contact

Sophie Duchesne
Directrice de recherche CNRS

Informations complémentaires

Articles liés