Adrien Jouan

ATER à temps plein, Faculté de sociologie, Université de Bordeaux | Doctorant à l’Université de Montréal

Présentation

Mes recherches s’inscrivent à la jonction entre sociologie des mobilisations et sociologie des problèmes publics. Ma thèse porte sur une mobilisation « improbable » qui s’est constituée au début des années 2010 autour de la situation des enfants sans papiers au Québec. Dans le contexte québécois, où l’immigration irrégulière est d’ordinaire tenue pour un phénomène étranger auquel la province « échapperait » en raison de la situation géographique du Canada, cette mobilisation inattendue est venue contrecarrer ce récit en rendant visible la situation de familles sans papiers et en dénonçant l’impossibilité pour ces familles d’inscrire leurs enfants à l’école publique. L’enquête sur cette mobilisation a pris la forme d’une ethnographie au long cours du collectif militant à l’origine de l’affaire. À partir d’une série d’entretiens biographiques avec les principaux acteurs mobilisés et d’un corpus d’archives constitué au fil du travail de terrain, j’ai cherché à éclairer les conditions d’émergence de cette lutte, montrant qu’elle avait pris forme au croisement d’une trajectoire militante locale – celle du mouvement pour la justice migrante à Montréal – et de carrières militantes caractérisées par une socialisation politique cosmopolite. Mais l’enquête par immersion, parce qu’elle supposait de suivre, accompagner et prendre part aux activités du collectif mobilisé, a aussi permis de documenter le vécu de la mobilisation, de rendre compte des épreuves que les acteurs ont rencontrées et des choix qu’ils ont effectué. Au-delà de l’espace militant, il s’est ainsi agi de suivre les acteurs mobilisés dans leurs interactions avec d’autres – partenaires et adversaires – afin de reconstituer les jeux d’acteurs qui, des familles sans papiers au personnel politique en passant par les travailleurs sociaux, les guichets et directions des commissions scolaires, les journalistes ou encore des institutions de défense des droits, ont constitué et configuré le problème de la scolarisation des enfants sans papiers au Québec.

Au terme de cette thèse, je prévois de prolonger mes intérêts de recherche en travaillant sur trois projets. Le premier s’inscrit dans la continuité de la thèse, dont il représente une sorte de post-scriptum. À partir d’un corpus d’archives inexplorées, il s’agit de revenir de manière plus complète et approfondie que ce qui a été fait jusque-là sur un épisode contestataire fondateur du mouvement pour la justice migrante au Canada : la lutte des sans-statut algériens à Montréal (2002-2003). En cours de préparation, le second projet porte sur le mouvement des gilets jaunes. Prolongeant mon intérêt pour l’étude des carrières militantes, l’idée principale de ce projet consiste à proposer, à partir d’entretiens biographiques approfondis, des portraits sociologiques d’acteurs qui ont marqué le mouvement et dont le parcours permet d’en éclairer la constitution, au-delà des seuls « événements déclencheurs » régulièrement évoqués. Ce projet fait bien sûr écho au collectif de recherche formé par plusieurs membres du Centre Émile Durkheim et pourrait s’insérer dans cette recherche collective de grande ampleur. Enfin, un troisième chantier, potentiellement en lien avec le précédent, porte sur le mal-logement dans la métropole bordelaise. Ce projet, encore nébuleux mais qu’il s’agira d’élaborer dès que possible, pourrait prendre la forme d’une ethnographie des dispositifs publics d’aide aux locataires en difficulté et des expériences d’habitats précaires dans la ville.

Domaines de spécialisation | Mots-clés

  • Sociologie des problèmes publics, des mouvements sociaux et des médias
  • Sociologie de l’immigration et des politiques migratoires
  • Ethnographie et recherche participative
  • Comparaison France/Canada

Mots clés : problèmes publics, mouvements sociaux, mobilisations et actions collectives, engagement et carrières militantes, migrations et politiques migratoires, médias, politiques publiques

Axes et ateliers du laboratoire

  • axe Légitimités, organisations et représentations (LOR)
  • axe Identifications

Responsabilités scientifiques et institutionnelles

  • Membre du Groupe Thématique 44 "Justice sociale et sentiments d’injustice" de l’Association française de sociologie
  • Membre de l’Association internationale des Sociologues de Langue Française
  • Membre du Centre Metropolis du Québec, Immigration et Métropoles (2011-2013)

Enseignement

À l’Université de Bordeaux :

  • Auteurs et Textes (TD, L1)
  • Faits et analyses (TD, L1)
  • Techniques d’expression (TD, L1)
  • Analyse quantitative (TD, L1)
  • Observation (TD, L1)
  • Analyse qualitative (TD, L3)
  • Analyse quantitative (TD, L3)

À l’Université de Montréal :

  • Classes et mouvements sociaux (CM, 3ème année)
  • Sociologie générale (auxiliariat, 1ère année)
  • Théories contemporaines (auxiliariat, 1ère année)
  • Inégalités sociales et marché du travail (auxiliariat, 1ère année)

Publications récentes

  • "Beyond Crises and Moments of Visibility: A Study of the Continuity of the Migrant Justice Movement in Canada" (article en cours de rédaction)
  • "Le mouvement pour la justice migrante : une histoire montréalaise", Critique internationale, 84(3), 2019, p. 81-103.
  • "Sans-papiers, sans école ? Tâtonnements dans la cause des sans‑papiers au Québec", Sainsaulieu Ivan, Barozet Emmanuelle, Cortesero Régis et David Mélo (Eds.), Où est passée la justice sociale ? De l’égalité aux tâtonnements, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019, p. 207-218. [Ouvrage en traduction pour une publication chez Palgrave macmillan]
  • "Regarder ailleurs pour rendre visible chez soi. Les usages militants de la comparaison dans la mobilisation pour le droit à l’éducation des enfants sans-papiers au Québec" Politix, 120(4), 2017, p. 113-138.
  • "Travailler chez soi ou perdre son emploi ? Étude d’un cas de télétravail permanent en France", La revue des Conditions de Travail, ANACT, 6, septembre 2017, p. 169-177 (avec Guillaume Mesmin, article réalisé à la suite d’une mission d’expertise en CHSCT).
  • "S’impliquer pour enquêter : politiques et dilemmes d’une ethnographie en terrain militant", Cahiers de recherche sociologique, 61, 2016, p. 145–166.
  • "Le rêve des sans-papiers aux États-Unis", La Vie des Idées, 2014. (Recension de Nicholls Walter J., The DREAMers : How the Undocumented Youth Movement Transformed the Immigrant Rights Debate, 2013).

Communications récentes

  • "Quand les militants comparent. Usages de la comparaison internationale dans les luttes autour des sans-papiers au Québec", RT21 "Mouvements sociaux" et RT 44 "Justice sociale et sentiments d’injustice", Congrès d’Amiens de l’Association française de sociologie, juillet 2017.
  • "Sans-papiers, sans école : l’expérience du problème de la scolarisation des enfants sans-papiers au Québec ", La cause des migrants. Pratiques, formes et acteurs des mouvements de contestation autour des questions migratoires, Séminaire organisé par le CERI-Sciences Po en collaboration avec le CRESPO-Université Saint Luis de Bruxelles, Paris, septembre 2016.
  • "Un problème invisible et des porte-paroles incertains. Essai de sociologie pragmatique d’une aspiration à la justice sociale", colloque du GT 44 'Justice sociale et sentiments d’injustice' de l’Association française de sociologie, Martel (Lot), septembre 2016.
  • "S’impliquer pour enquêter : Retour sur une expérience d’ethnographie en terrain militant", 2èmes Rencontres Annuelles d’Ethnographie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, octobre 2015.
  • "Sécuriser les frontières en contrôlant les enfants ? L’expérience du problème de la scolarisation des enfants sans-papiers au Québec", Présentation à l’école du d’été "Sécurité, violence et État" (CÉRIUM, École de Criminologie), Maison Suger (FMSH), Paris, juillet 2015.
  • "De la circulation à l’enrôlement : retours réflexifs sur l’ethnographie d’une mobilisation", Colloque 403 "Qu’est-ce qu’apporte l’ethnographie à notre connaissance du monde contemporain ?", 83ème Congrès de l’ACFAS, Université du Québec à Rimouski, mai 2015.

Autre page

Academia

Mots clés :

Mise à jour le 03/02/2021

Contact

Adrien Jouan
Doctorant