Coline Salaris

Docteure en sciences politique, ATER à Sciences Po Bordeaux

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie politique
  • Sociologie de la construction des groupes
  • Sociologie des mobilisations
  • Sociologie de la construction des problèmes publics
  • Sociologie de l’alerte et du risque
  • Sociologie des affaires
  • Sociologie de la santé
  • Identités et identités collectives
  • Associations de victimes

Recherches en cours

  • Valoriser l'étude des groupes de victimes, comprendre leur formation et leur évolution comme acteurs politiques
  •  Développer l'étude de la construction des problème publics de santé par les victimes

Titre de la thèse soutenue : Mobilisations en souffrance. Analyse comparative de la construction de deux problèmes de santé publique (Familles victimes du Distilbène et agriculteurs victimes des pesticides)

Résumé

Se présenter comme victime et se mobiliser en tant que telle dans l'espace public ne va pas de soi, même pour les membres d'une association de victimes. Il s'agit d'un long processus d'intériorisation et de reformulation identitaires consistant à donner du sens à une expérience de souffrance ; une pathologie ou un deuil. Pour les membres d'un collectif de victimes se mobilisant dans le cadre d'un problème de santé publique, il s'agit aussi d'un processus collectif consistant à construire un groupe suffisamment cohérent pour imposer des griefs a priori personnels, comme problème public de santé. En s’appuyant sur une enquête comparative entre l'affaire du Distilbène et la mobilisation de travailleurs agricoles victimes des pesticides, nous avons donc cherché à comprendre comment et pourquoi des victimes, c'est-à-dire des individus blessés mais dispersés, parviennent à se réunir, à constituer une personne collective, puis à se mobiliser autour d’un problème de santé publique.

Soixante-dix-sept entretiens semi-directifs ont été réalisés pour cette enquête, principalement auprès de victimes membres d’association, mais également auprès de médecins, ou d’avocats intervenant dans le domaine. Nous avons également réalisé une quinzaine d'observations ethnographiques des temps collectifs qui articulent ces mobilisations - assemblées générales ou conseils d’administrations -, d’audiences judiciaires et de colloques organisés autour des controverses scientifiques liées à ces deux problèmes de santé publique.

Enseignement

  • Monitrice à l'IEP de Bordeaux, septembre 2012-juin 2014

Introduction aux sciences sociales (18h semestrielles – MASTER 1 – enseignement dispensé deux ans) :

 Séminaire de lecture en sciences sociales (18h semestrielles – MASTER 1- enseignement dispensé deux ans) :

  • ATER IEP de Bordeaux depuis septembre 2015

Deux conférences de méthodes en Études Politiques (2x36h annuelles en 2015-2016 et 1x36h annuelles en 2016-2017– 1ère année IEP – enseignement dispensé deux ans) 

Deux conférences de méthodes qualitatives de Méthodes des sciences sociales (2x18h – 3ème année IEP), depuis septembre 2016 :

Jurys de Petits Oraux de Culture Générale (2x10h annuelles -1ère année IEP) :

Encadrement de la recherche : Encadrement de deux mémoires de recherche de 3ème année IEP. 

Publications récentes

  • « Mobiliser les émotions, mobiliser par émotions, le cas des victimes du Distilbène », Revue française de science politique, 67(5), 2017, p. 857-878.
  • « Les émotions en partage dans les associations de victimes du Distilbène », Alain Faure et Emmanuel Négrier (dir.), La politique à l’épreuve des émotions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 65-73.
  • avec Laure Squarcioni, Hugo Canihac, Victor Marmeur et Corentin Poyet, « La perception des candidats à la présidentielle», in Céline Braconnier et Nonna Mayer, Les Inaudibles, sociologie politique des précaires, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2015.
  • « Agriculteurs victimes des pesticides : une nouvelle mobilisation collective en santé au travail », La nouvelle revue du travail, [ en ligne ], 4/2014.

Communications

  • A venir : « Comment des victimes participent à construire un problème de santé publique ? », RT 38, Congrès de l’Association Française de Sociologie, juillet 2017, Amiens. 
  • Discutante pour le séminaire du Centre Emile Durkheim « Quand une cause croise le genre : productions de savoir et mobilisations autour du Distilbène », à partir de la présentation des travaux d’Emmanuelle Fillion et Didier Torny. Université de Bordeaux, le 24 mars 2016. 
  • « Émotions et subjectivation militante chez les victimes de santé publique : le cas des mobilisations autour du Distilbène », Journée d’étude de l’axe identification « La subjectivation militante », 2 juin 2016, Centre Émile Durkheim, Bordeaux.
  • « Danger Pesticides : quand un problème public se construit par ses victimes », Journée d’études Santé, Centre Émile Durkheim, 20 octobre 2016, Bordeaux.
  • « Quand un problème public se construit par ses victimes : agriculteurs et expositions professionnelles aux pesticides », Centre d’Études et de prospective, Ministère de l’agriculture, 7 décembre 2016, Paris. 
  • « Mobilisées par émotions, mobiliser les émotions : le cas des mobilisations de victimes du Distilbène® », Congrès de l’Association Française de Science Politique – 2015 Section Thématique 8 « Pour une politique des émotions », Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015.
  •  « Les victimes d’affaires de santé publique comme objets complexes. Comment intégrer incertitudes des données scientifiques ? Le cas des agriculteurs exposés aux pesticides », 6ème Congrès du CoSPoF, Section Thématique 18 « La Science Politique face aux objets complexes», Université de Lausanne, 5-7 février 2015, Lausanne.
  • « Trouver sa place de chercheur en situation d’observation directe : les difficultés d’immersion dans son objet de recherche - perspectives comparées », Atelier méthodes du Centre Émile Durkheim, 21 novembre 2013, Bordeaux.
  •  « Mobilisations victimaires et construction d’un problème publique de santé : comment comparer deux affaires de santé publique ? », École thématique « La comparaison, pourquoi faire ? Stratégies et pratiques de recherche en sciences sociales », 10-14 juin 2013, Biarritz.
  •  « Victimes de santé et action publique. Mobilisation victimaire dans une affaire de santé publique : les familles Distilbène», Journée d’étude dans le domaine de la santé, EHESS, 13 novembre 2012, Paris.

Mots clés :

Mise à jour le 25/01/2018

Contact

Coline Salaris
Docteure en science politique, ATER Sciences Po Bordeaux

Informations complémentaires