Glenn Mainguy

Docteur en sociologie, chercheur associé

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie économique
  • Sociologie de la précarité
  • Sociologie rurale
  • Sociologie de la famille
  • Sociologie des mondes soviétiques et post-soviétiques
  • Méthode ethnographique et sociologie visuelle

Mots clés : économie domestique, famille, marché, précarité, transformations économiques, capitalisme, transformations du travail, solidarités sociales, parenté, pauvreté, ruptures sociales, mondes ruraux, casuistique.

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Identifications
  • Atelier Règles, normes et pratiques économiques

Recherches en cours

  • 2017-2018

Collaboration au groupe d’étude « La marchandisation du hors-travail », piloté par Anne Jourdain (IRISSO/ Paris Dauphine) et Sidonie Naulin (Pacte / Sciences Po Grenoble) et financé par l’ISRF.

  • Thèse : « L'économie du quotidien. Une étude de la précarité à travers l'exemple des pratiques agricoles domestiques dans le monde rural russe », sous la direction d’Antoine Roger et de Ronan Hervouet (co-encadrant), soutenue le 7 décembre 2016

Résumé

L’année 1991 reste dans la mémoire de beaucoup de russes comme le symbole du début de la fin d’un monde, celui de l’union soviétique. Aujourd’hui, plus de vingt cinq ans après, le développement de l’économie capitaliste et la grande transformation du système agricole collectiviste, ont profondément transformé le visage des campagnes russes. L’analyse de ces transformations a suivi deux directions principales. La première appréhende le monde rural à partir d’une rhétorique du chaos et de la perte, de la désorganisation sociale et de l’anomie. La seconde cherche dans l’écriture de monographies de villages, à reconstruire un monde rural, à la fois singulier et séparé du reste de la société. Contre ces deux lectures, ce travail défend la thèse selon laquelle le monde rural, à l’image de la société russe dans son ensemble, a connu à partir des années 2000, un processus de normalisation économique et sociale. Cette thèse s'attache à étudier ce phénomène – par le bas, au ras du sol – à partir de la restitution des résultats d’une enquête ethnographique multi-située, effectuée lors de deux séjours (de septembre 2012 à juin 2013 et de février 2014 à juillet 2014), au sein des espaces ruraux russes, portant sur les pratiques de la vie quotidienne dans divers lieux et auprès de différents acteurs en situation de précarité.

L’argumentation suivie tout au long de cette thèse obéit à un double mouvement : elle entend présenter à la fois les conséquences de l’extension des logiques marchandes au sein de la société russe, et les pratiques mises en place par les acteurs pour se protéger contre les conséquences de cette extension. Aussi, à partir de la restitution des données recueillies durant l’enquête ethnographique, ce travail montre d’une part comment le développement de l’économie de marché au cours des années 1990 a généré au sein de la population rurale russe des formes diverses de précarité, et d’autre part que l’investissement des individus au sein de l’économie domestique peut être considéré comme un moyen de se protéger contre le risque de précarisation, en se reconstruisant des formes de vie stables et en réduisant par là-même l’incertitude de leur existence.

L’argumentaire développé au cours de cette recherche s’articule autour de trois axes. Dans un premier temps, l’examen de l’organisation de l’économie domestique est centré sur la mise en place des mécanismes de protection, en réponse à la situation de précarité vécue par les acteurs. L’étude de l’organisation de la production agricole domestique conduit dans un deuxième temps à réfléchir à la place des hommes au sein du monde domestique. Elle permet de mettre en évidence que le repli vers la sphère domestique entraine une redéfinition de leur rôle au sein de la famille, et comment leur intégration à un collectif de travail domestique leur permet de retrouver une place dans la société. Dans un troisième temps, l’analyse de l’organisation de l’économie domestique amène à interroger le rapport que les individus entretiennent avec le capitalisme en général et avec le marché en particulier. Cette thèse révèle d’une part, la manière dont les logiques marchandes véhiculées par le développement du régime économique capitaliste sont retraduites dans les pratiques économiques ordinaires et quotidiennes et d’autre part, comment ces pratiques expriment un mouvement conjugué de domestication du marché et de marchéisation de la sphère domestique.

  • Septembre 2012 – juin 2016

Collaboration au projet de recherche « La production et l’expression des sentiments moraux dans un contexte de changement social radical. Une analyse des expériences rurales dans trois pays postcommunistes (Russie, Biélorussie, Roumanie) »,projet piloté par Ronan Hervouet.

Enseignement

  • 2015 - 2016       

Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER), Faculté de Sociologie, Université de Bordeaux (182 heures)

  •  2014 - 2015       

Doctorant Contractuel avec mission d’enseignement – Monitorat –, Faculté de Sociologie, Université de Bordeaux (60 heures)

- CM Régimes politiques et changement social (18h eq. TD), Licence 3 Sociologie

- TD : Faits et Analyses (108h), Licence 1 Sociologie

- TD : Auteurs et Textes (48h), Licence 1 Sociologie

- TD : Méthode d’enquête, l’entretien (24h), Licence 2 Sociologie

- TD Introduction à la démarche de recherche : l’observation (12h), Licence 1 de Sociologie

- TD : Techniques d’expression (24h), Licence 1 de Sociologie

- TD Connaissance du monde professionnel (8h), Licence 2 Sociologie

  •  2012 – 2014      

Lecteur de langue française, Université de Sciences Humaines et Sociales de Kolomna (Государственный социально-гуманитарный университет), Russie

Publications récentes 

- « Figures du précariat rural. Supports et capacités d’agir des individus précaires dans la société rurale russe », RevueNouvelles Pratiques Sociales, 29(2-numéro « Pauvreté et intervention sociale en milieu rural: portrait, bilan et prospective »). (A paraître, juin 2018).

- avec Benoit Giry, « Lettre d’outre tombe », Compte rendu du colloque La postérité de l’œuvre d’Emile Durkheim (1858-1917) cent ans après, Bulletin d’Histoire de la Sociologie-RT 49, 5, 2018.

Communications

Colloques internationaux

2017

  • "Between Domestication and Marketization: The Everyday Economy of People Living in Precarious Situations in Rural Russia", Mini-conférence « Marketization on every day Life part II », Colloque de la Society for the Advancement of Socio-Economics (SASE), Lyon Université Claude Bernard 1, 29 juin au 1 juillet 2017.
  • « De la coordination des activités économiques aux liens de parenté : une analyse des transferts de biens et de services liés à l’organisation de la production agricole domestique dans le monde rural russe contemporain », Colloque « Le lien social au regard de la circulation des biens, des personnes et des capitaux », Chaire Singleton 2017, Université Catholique de Louvain (Belgique), 3-5 mai 2017.

2016

  • « Classer et se classer. La construction de catégories sociales ordinaires de classement dans le monde rural russe contemporain », Rencontres Annuelles d’Ethnographie de l’EHESS (Troisième édition), Atelier 2 « Ethnographier les recompositions contemporaines des groupes sociaux dans l’ancien bloc socialiste », EHESS, 24 & 25 novembre 2016.

2014

  •  "The Moral Economy of Subsistence: A Sociology of Market Exchange in Post-soviet Russian Country Side", 13th EASA Biennial Conference Collaboration, "Intimacy & Revolution-Innovation and Continuity in an Interconnected World", Université de Tallinn (Estonie), 31 juillet-3 août 2014.
  • "The Moral Economy of Subsistence: An Ethnography of Every-day Life in Post-soviet Russian Country Side", Association of Social Anthropologists of the UK and Commonwealth Decennial Conference: "Anthropology and Enlightenment", Edimbourg (Royaume-Uni), 19-22 juin 2014.
  • Participation à la table ronde "The Modern Village: Problems of Socio-economic Development", The XV HSE April International Academic Conference on Economic and Social Development, National Research University Higher School of Economics (HSE), Moscou (Russie), 1er -3 avril 2014.

Colloque, journées d’études et séminaires nationaux

2018

  •  «Les hommes précaires, le marché et la sphère domestique : une histoire de reconnaissance sociale » Groupe d’étude sur ‘la marchandisation du hors-travail’, Pacte, Science Po Grenoble, Grenoble, 9 février 2018.

2016

  • « Le capitalisme au village. Économie domestique et échanges marchands dans la vie quotidienne des ruraux en Russie », Journées d’études « Economie de marché et mondes ruraux à l’Est de l’Europe », Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, 4 et 5 février 2016.

2015

  • « Pour une ethnographie des mondes populaires : le monde privé des ruraux dans la normalisation postsoviétique », séminaire « l’aire postsoviétique/l’ère postcommuniste à travers le prisme des sciences sociales », ENS Jourdan, 6 mars 2015.
  • « Nous ne sommes pas pauvres, nous vivons simplement. Economie domestique et construction identitaire dans le monde rural russe postsoviétique », Journée d’études « Economie, politique et morale dans les campagnes à l’Est de l’Europe ». Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, 5 mars 2015.    

2014

  • « Faire de la sociologie avec les images: le cas du monde rural russe contemporain », Journée d’études « Explorer les méthodes d’enquête », Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, 19 juin 2014.
  • « L’économie morale de la subsistance. Une sociologie des échanges marchands dans le monde rural russe postsoviétique », Journée d’études « Expériences rurales à l’Est de l’Europe. Réflexion sur les cas russe, biélorusse et roumain », Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, 13 février 2014.

2013

  •  « La précarité dans le monde rural russe contemporain », Séminaire général du CERCEC, (Centre d’études du monde russe, caucasien et centre-européen) (CERCEC, CNRS-EHESS), EHESS, Paris, 22 novembre 2013.

Mots clés :

Mise à jour le 15/03/2018

Contact

Glenn Mainguy
Docteur en sociologie

Glenn Mainguy