Jean-Jacques Manterola

Docteur en science politique, formateur consultant (développement territorial)

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Économie Sociale et Solidaire
  • Sociologie de l'action publique
  • Gouvernance territoriale
  • Innovation sociale

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Identifications
  • Participation au programme Crisalidh (Innovation sociale et territoires)

Recherches en cours

Thèse de doctorat soutenue le 24 novembre 2016 à Sciences po Bordeaux : « L'économie sociale : une ressource territoriale ? Approche comparative, en Communauté autonome basque et Pays basque français, de deux secteurs d'activité : l'Insertion par l'Activité économique et l'Aide à domicile ».

Résumé

La thèse s’intéresse aux dynamiques territoriales dans le champ de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), au travers d’une perspective globale de l’action publique territorialisée.

En choisissant deux secteurs d’activité (l’insertion par l’activité économique et l’aide à domicile) traditionnellement rattachés à l’ESS, elle privilégie une problématisation orientée vers l’intégration des populations vulnérables dans les dynamiques territoriales de développement. Il s’agit de soulever l’apparent paradoxe entre le traitement des vulnérabilités, et leur enrôlement dans des dynamiques territoriales, elles-mêmes soutenues par une économie marchande au service de l’attractivité et de la compétitivité territoriale.

La démonstration s’inscrit dans une visée polanyienne (Karl Polanyi). Elle tend à illustrer comment les dynamiques territoriales se saisissent d’enjeux sociaux tout en poursuivant des objectifs économiques. Les processus d’encastrement-désencastrement-réencastrement entre les sphères économique et sociale sont décrits, par l’observation de la mobilisation de trois types de ressources : marchandes, redistributives, réciprocitaires.

Cette analyse souligne les orientations marchandesde la gouvernance pour les deux secteurs, selon un processus d’évolution convergente décrivant une européanisation des politiques publiques, mais aussi et surtout des réappropriations locales, sur des registres de valeurs antagonistes. C’est ici que la comparaison interterritoriale entre la Communauté autonome basque (l’échelon provincial du Guipuzcoa en particulier) et le Pays basque français, prend un relief particulier. Elle met en évidence la puissance d’intervention locale dans sa capacité à coproduire des normes européennes, ou à s’en détacher, en les hybridant à des grammaires déjà constituées en fonction des jeux de pouvoir locaux. L’analyse tend à démontrer que la capacité à ré-encastrer le social dans l’économique dépend des cadres cognitifs qui favorisent la transversalité des approches. Deux d’entre eux sont repérés : le développement durable, et l’innovation sociale, dans une acception collective, processuelle et finalitaire. Le système instituant et institué qui en émerge décrit un système territorial d’innovation sociale.

Il s’agit à travers cette recherche d’analyser une vaste fresque au cœur des transformations de l’Etat, des régions et des secteurs d’activité, en s’engageant dans un dialogue interdisciplinaire qui mobilise des travaux de géographie sociale, d’économie régionale, de sociologie et de science politique.

Le travail contribue à la compréhension des dynamiques territoriales contemporaines de l’économie sociale et solidaire. Il montre que cette construction territoriale s’inscrit dans le temps long et qu’elle obéit tout à la fois à des logiques sectorielles, culturelles et institutionnelles. Les études de cas approfondies (les 2 versants du Pays basque) permettent de donner une consistance sociale et politique inédite à des processus qui restent parfois assez désincarnés. Ce travail donne toute sa mesure en articulant l’analyse du changement à différentes échelles (locale, nationale, européenne, sectorielle).

La dimension comparative constitue un apport original du travail. Contrairement à une idée reçue, les travaux comparatistes entre les deux versants du Pays basque sont peu nombreux et surtout rarement systématisés, ou avec un terrain plus faible que l’autre. Ce travail compare certes deux territoires frontaliers, mais dont les formes d’institutionnalisation et de structuration restent relativement étanches, s’agissant notamment du social, sous influence de régimes d’Etat providence distincts. La comparaison, déployée selon une méthodologie similaire des deux côtés, force à mettre en discussion des modèles différents de territorialisation des politiques publiques.

La thématique peut être considérée d’importance majeure en matière politique et socioéconomique, dans un contexte de crise sociale et économique, de détérioration des régimes d’Etat providence et de resserrement des politiques publiques.

Enfin, l’approche fine (sur la base d’une centaine d’entretiens qualitatifs) de processus d’encastrement diversifiés, à partir d’une part des conflits et alliances sectorielles et extra-sectorielles, et d’autre part des controverses sur les valeurs, conduit à se distinguer d’autres travaux postulant une certaine naturalisation de l’ancrage de l’ESS dans les territoires.

Publications récentes

  • "Towards Cross-Border Network Governance ? The Social and Solidarity Economy and the Construction of a Cross-Border Territory in the Basque Country", Xabier Itçaina and Jean-Jacques Manterola, Routledge, Studies in Modern European History, Edited by Katarzyna Stoktosa and Gerhard Besier, 2014.
  • « Gouvernance de entreprises sociales d'insertion basques : le marché en guise de débat » (2013), RECMA, n° 327 (janvier 2013), P. 43-62.

Communications

  • Vers une gouvernance en réseau ? L'économie sociale et solidaire et la construction d'un territoire transfrontalier en Pays basque. Communication aux 23èmes journées de l'Association d'Économie sociale, Aix en Provence (13 et 14 septembre 2012), Xabier Itçaina et Jean-Jacques Manterola.
  • « Le travail politique dans le secteur de l'Insertion par l'Activité économique en Communauté autonome basque et Pays basque français : des rapports institués gouvernés par des normes et des valeurs concurrentes ». Communication au Congrès de l'Association Française de Science Politique (juillet 2013), pour la section thématique "L"économie sociale et solidaire et les territoires du politique : vers un dialogue interdisciplinaire".
  • « L'Insertion par l'Activité économique : des gouvernances territoriales en tension pour une rencontre difficile avec l'économie ordinaire ». Communication au Séminaire sur les dynamiques de l'Économie sociale et solidaire en Pays basque, du Centre Émile Durkheim (axe "Identifications"), le 03 juin 2014.  
  • « L'Aide à Domicile : l'action collective à l'épreuve des gouvernances tutélo-marchandes ». Communication aux XVèmes Rencontres du Réseau Inter-Universitaire de l'ESS, Reims (27 au 29 Mai 2015).
  • « Vers un système territorial d’innovation sociale », working paper, Cahiers du Centre Emile Durkheim, n° 18 (juin 2016).
  •  « Une comparaison transfrontalière des ordres institutionnels de l’insertion par l’activité économique et de l’aide à domicile : des mutations gouvernées par des valeurs ». Communication lors de la journée d’étude du projet ESSAQUI (Conseil régional Nouvelle Aquitaine) au Centre Émile Durkheim, le 11 octobre 2016.

Mots clés :

Mise à jour le 04/05/2017

Contact

Jean-Jacques Manterola
Docteur en science politique