Cécile Vigour

Chargée de recherches au CNRS

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie de l’action publique (réformes de l’État, management public)
  • Politique comparée
  • Sociologie politique (institutions politiques, représentation politique, études parlementaires)
  • Sociologie de la justice et du droit

Responsabilités scientifiques et institutionnelles

  • Autorisation d’encadrer des thèses (délivrée par le Conseil Scientifique de l’Université de Bordeaux en 2014)
  • Membre élue du Conseil d’Administration de l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (depuis mai 2014)
  • Membre de la section 40 du Comité National du CNRS (participation à l’évaluation de laboratoire dans le cadre de l’AERES comme représentante de la section), depuis sept. 2012
  • Co-responsable du Réseau Thématique de Sociologie du droit et de la justice, de l’Association Française de Sociologie (avec A.Revillard), depuis sept. 2013
  •  Membre de plusieurs comités de recrutement (2014)

Axes et ateliers du laboratoire

Co-responsable de l’axe Légitimités, organisations et représentations (avec T. Oblet et C. Poyet), depuis avril 2014

Co-responsable de l’atelier Écriture (avec M. Delori et C. Rolon), depuis janvier 2012

Recherches en cours

  • 1er axe - Réformes de l’État et de la justice

Projet MANAJUSTICE - « Les transformations de la justice sous l’impulsion d’une logique gestionnaire. Circulations internationales de professionnels et d’instruments », coordonné par C.Vigour et financé par le Conseil Régional d’Aquitaine (2014-2017) :

* Une recherche collective et interdisciplinaire impliquant des politistes, sociologues et juristes de Sciences Po Bordeaux (C. Vigour, B. Cappellina, J. Faget, O. Cousin), de Sciences Po Grenoble (L. Dumoulin) et de l’Université de Nantes (V. Gautron) ;

* Objectifs :

- Étude des promoteurs de changements dans la justice aux niveaux européen, national et local, et des circulations de ces professionnels, de leurs instruments, de logiques d’action et de standard de qualité, des effets sur l’administration et l’exercice de la justice, ainsi que sur les politiques judiciaires.

- En France, analyse des programmes de réforme administrative depuis 2000 (Loi Organique relative aux Lois de Finance - LOLF, Révision Générale des Politiques Publiques - RGPP entre 2007 et 2012 - et de la Modernisation de l’Action Publique depuis 2012), des instruments d’action publique mobilisés (optimisation des processus de travail de type normes ISO 9001, lean management, …). Etude de l’instrumentation de ces politiques, d’un gouvernement par les chiffres (nouveau cadre budgétaire, indicateurs, etc.), des acteurs impliqués, des effets sur les pratiques et les identités professionnelles, ainsi que sur l’administration et l’exercice de la justice.

* Mobilisation conjointe de méthodes qualitatives et quantitatives (enquêtes par entretiens, observations et questionnaires auprès des professionnels de la justice et des acteurs politiques locaux, nationaux et européens, entretiens collectifs avec des justiciables, approche prosopographique).

  • 2ème axe - Justice et politique pénales

Projet financé par la Mission de recherche « Droit et Justice » sur « La contrainte pénale et les libérations sous contrainte. Conditions de mise en œuvre et effets » (mise en place par la loi du 15 août 2014 relative à l’individualisation de la peine et renforçant l’efficacité des sanctions pénales), coord. C.Mouhanna.

L’enjeu de cette recherche par entretiens et observations menée par des sociologues, politistes et juristes est d’étudier les représentations des divers acteurs participant au prononcé ou à la mise en œuvre de la contrainte pénale (magistrats du siège et du parquet, conseillers d’insertion et de probation, mais aussi partenaires assurant le suivi, avocats, policiers et gendarmes), les conditions concrètes de cette mise en œuvre à chaque étape du processus, ainsi que les effets induits par la montée en puissance du dispositif.

Equipe bordelaise : C.Vigour (coord.), J. Faget et Y. Meziani.

Recherche menée en comparaison avec cinq autres sites : Créteil et Le Mans (par le CESDIP - coord. C.Mouhanna) ; Valence (I.Sayn & V.Perrocheau, Univ. Saint-Etienne) ; Blois (Univ. De Poitiers) et Saintes (Univ. La Rochelle).

Début du projet en sept. 2015 pour une durée de 18 mois.

  • 3e axe - Étude du parlement, des parlementaires, de la fabrique de la loi et de la représentation politique

1) Poursuite de la valorisation de la recherche ANR « Légitimation parlementaire et gouvernement démocratique en France et dans l’Union Européenne » (coord. O. Costa, 2009-2012).

Objectifs : 1) étude systématique des profils socio-biographiques des députés et de leurs représentations & valeurs, 2) analyse de leurs activités dans l’institution et en circonscription, 3) recueil des représentations des électeurs dans des groupes d’entretiens.

2) Recherche sur l'analyse des débats parlementaires, qui a débouché sur l’ouvrage Faire parler le parlement paru à la LGDJ en 2013.

Encadrement de recherches doctorales

NB : Autorisation d’encadrer des thèses délivrée par le Conseil Scientifique de l’Université de Bordeaux en 2014.

Thématiques : réformes de l’État et de la justice en Europe et de manière comparée ; sociologie de l’action publique ; sociologie politique

  • CAPPELLINA Bartolomeo, Les transformations de la justice au prisme des circulations internationales. Les professionnels du droit, consultants, hauts fonctionnaires et leurs instruments (co-direction avec O.Cousin).

Enseignement

*Politique comparée et démarche comparative (Ecole thématique du CNRS, 10-14 juin 2013 | Programme en français | Programme en anglais ; cours en anglais "Comparative Research Strategies in the Social Sciences"  de 28 heures comme professeur invitée à l’Universidad Autonoma Metropolitana, Mexico, décembre 2011).

*Réformes de l’Etat et de la justice (formation initiale et continue à l’École Nationale de la Magistrature de Bordeaux et de Paris, à l’Ecole Nationale des Greffes)

*Méthodes qualitatives et quantitatives des sciences sociales (analyse lexicale, etc.).

Publications récentes

  •   « La représentation parlementaire en France. Ressources politiques, diversité des modes et logiques de représentation à l’Assemblée nationale », dans Alice Mazeaud (dir.) (2014), Pratiques de la représentation politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 81-98. 1ere et 4e de couvertures et table des matières
  •   “French MPs and Law-making: Deputies’ Activities and Citizens’ Perceptions”, Journal of Legislative Studies, Mai-Juin 2013, p. 219-245.
  •   (avec C. de Galembert et O. Rozenberg) Faire parler le parlement. Méthodes et enjeux de l’analyse des débats parlementaires pour les sciences sociales, Paris, LGDJ, 2013 (340 p, 17 chapitres).
  •   Cécile Vigour et Antoinette Hastings-Marchadier, « L'économie budgétaire de la justice pénale », Jean Danet, La réponse pénale. Approche empirique et pluridisciplinaire du traitement des délits, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 422-494.
  •   Direction du numéro de la revueTerrains et Travaux, « Ce que comparer veut dire. Les démarches comparatives en sciences sociales », 21, novembre 2012 (10 articles, avec L. de Verdalle et T. Le Bianic). Voir le sommaire

Bibliographie

Mots clés :

Mise à jour le 07/09/2015

Contact

Cécile Vigour
Chargée de recherche CNRS

Sciences Po Bordeaux
11 allée Ausone
33607 Pessac cedex

05 56 84 41 94
Contacter par courriel

Informations complémentaires