Charlotte Brives

Chargée de recherche

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Anthropologie des sciences, anthropologie de la santé, virus, microbes, essais cliniques, bactériophages et phagothérapie.

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Savoirs
  • Axe Sociologie(s) de l'international

Recherches en cours

Après une thèse d’anthropologie des sciences menée dans un laboratoire de biologie dans lequel j’étudiais l’impact des relations entre les chercheurs et leur objet de recherche, la levure Saccharomyces cerevisiae, sur la production des savoirs, j’ai réalisé deux post-doctorat subventionnés l’un par l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les Hépatites Virales (ANRS), l’autre par le Sidaction. Il s’agissait alors d’étudier le design et le fonctionnement quotidien d’essais cliniques conduits en Afrique (Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Afrique du Sud) sur le VIH/sida. Les dernières années de recherche ont ainsi été consacrées à la production de savoirs et de techniques pour lutter contre le VIH, qu’il s’agisse de moyens préventifs – comme dans le cadre de mes travaux sur la circoncision masculine en Afrique du Sud ou sur la prophylaxie pour prévenir la transmission mère-enfant durant l’allaitement au Burkina Faso – ou curatifs, comme pour l’essai mené en côte d’Ivoire sur la mise sous traitement précoce sur lequel j’ai travaillé durant deux ans. Au cours de ces recherches, le VIH a pris une place de plus en plus centrale, notamment en raison des multiples prises qu’il offre à l’investigation en fonction des acteurs avec lesquels il interagit : cause d’affliction et de douleur pour les patients ; entité cause de symptômes présentant un tableau clinique spécifique pour les médecins ; structure de protéines et d’acides ribonucléiques pour les biologistes moléculaires ; fléau pour les gouvernements ; manne financière non négligeable pour le marché du médicament.

Aujourd’hui mes travaux portent de façon générale sur une anthropologie des microbes, et s’intéressent au « tournant microbial » dans les sciences du vivant. Il s’agit ainsi d’analyser les relations hommes-microbes par le prisme des sciences et de s’interroger sur les conséquences de la production de ces savoirs sur les sociétés et les cultures. Plusieurs terrains sont ainsi engagés, concernant les virus infectieux (VIH, Zika), les bactéries multi-résistantes, mais aussi les microbes non pathogènes (notamment autour des travaux récents sur le microbiote humain - l’ensemble des microbes qui vivent en nous et sur nous).

Publications récentes

Direction d’ouvrage 

  • 2016, avec Emilia Sanabria et Frédéric Le Marcis, Special issue : The politics and practices of evidence in global health, Medical Anthropology, Cross-Cultural Studies in Health and Illness, 35(5).

Articles publiés dans des revues à comité de lecture 

  • 2016, avec Emilia Sanabria et Frédéric Le Marcis, "What’s in a context ? Tenses and tensions in Evidence-Based Medicine", Introduction to the special issue on EBM, Medical Anthropology, Cross-Cultural Studies in Health and Illness, 35(5)
  • 2016, Biomedical Packages: adjusting drugs, bodies and environment in a phase 3 clinical trial, Medicine, Anthropology, Theory, 3(1) : 1-28.
  • 2015, « Pour eux c’est seulement à propos de la mortalité », la production des données et ses conséquences dans le déroulement d’un essai clinique, Sciences Sociales & Santé, 33(2) : 41-64.
  • 2015, (avec Frédéric Le Marcis) « Re-imaginer des communautés ? Les conséquences du traitement précoce contre le VIH/sida en Côte d’Ivoire », Terrain (64) : 84-103.
  • 2013, "Identifying ontologies in a clinical trial", Social Studies of Science, special issue : "A turn to ontology on STS ?", 43 (3) : 397-416.

 

Mots clés :

Mise à jour le 20/07/2018

Contact

Charlotte Brives
Chargée de recherche

Informations complémentaires