Amélie Petit

Doctorante en sociologie - ATER

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie du travail et des activités ; sociologie des valeurs ; sociologie des sciences et des techniques
  • Essais cliniques, division du travail, situation de travail ; activité ; valeurs ; traçabilité ; procédure

Responsabilités scientifiques et institutionnelles

  • Représentante des doctorants au Conseil de Laboratoire du Centre Émile Durkheim (2014-2016)
  • Coprésidente de l’Association des doctorants et docteurs de sociologie du Centre Durkheim,Vocation Sociologue (2014-2016)

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Savoirs

Recherches en cours

Thèse de doctorat

« Les travailleurs des essais cliniques. Routine et aléas d’une situation de travail », recherche en contrat MESR, sous la direction de Pascal Ragouet.

Résumé 

Situé à l’interface de deux secteurs d’activité que sont l’industrie et la médecine, un essai clinique est une situation de travail dont l’enjeu est de produire des données biomédicales sur les bénéfices et les risques d’un nouveau traitement. Cette activité productive s’organise à partir d’un travail de l’homme sur l’homme, confié à des investigateurs, et repose sur une démarche scientifique, dont les procédés méthodologiques sont préalablement définis dans un protocole de recherche. Elle suppose un travail constant de surveillance des « déviations » au protocole, de vigilance collective et de traçabilité des données, afin de garantir la sécurité des patients et la validité des résultats obtenus. La réalisation d’un essai dépend de fait d’une importante division des tâches, espacées temporellement et spatialement, et accomplies par de multiples acteurs qui interviennent en amont, en aval et au cours des inclusions et du suivi des patients, pour préparer les consultations, remplir les cahiers d’observation, déclarer les effets indésirables, contrôler les données, etc. Ces acteurs, engagés dans le travail de conception et de réalisation d’un essai, mais aussi de production des données et des résultats cliniques qui en découlent, ce sont des industriels, des médecins et leurs attachés de recherche, des méthodologistes, des biostatisticiens, des pharmacologistes et des contrôleurs de la qualité. Se pose alors la question de savoir quelles formes de solidarités technique et morale font tenir ensemble ces individus et les tâches qu’ils effectuent ? Répondre à cette énigme nécessite de questionner plusieurs dimensions de cette activité collective, ainsi que les éventuels dilemmes auxquels les travailleurs – quels qu’ils soient – sont susceptibles d’être confrontés : comment s’approprient-ils un protocole dont ils ne sont pas les concepteurs ? Quelles « prises » ont-ils sur leur travail et sur celui d’autrui ? Comment, en pratique, objectivité scientifique et intégrité thérapeutique sont rendues moralement compatibles, lorsque les normes et les cadences de production des données biomédicales n’intègrent pas les valeurs auxquelles adhèrent les acteurs ?

Enseignement

  • TD Auteurs & Textes (L1)
  • TD Techniques d’Expression (L1) 
  • TD Observation (L1)
  • TD Introduction aux méthodes d’analyse quantitative des données (L2)
  • TD Conférence de méthodes (L2)
  • TD Documents et synthèses (L2)
  • TD Analyse quantitative sur Sphinx (L3)
  • CM Sociologie des valeurs (L3)

Communications

  • « L’engagement des travailleurs dans les essais cliniques : extraire, tracer et contrôler des données biomédicales », AISLF : XXème Congrès de l’Association internationales des sociologues de langue française, 4-8 juillet 2016.
  • « Objectivité scientifique ou intégrité thérapeutique ? Les dilemmes du travail des investigateurs dans un essai clinique », AISLF : XXème Congrès de l’Association internationales des sociologues de langue française, 4-8 juillet 2016.
  • « L’essai clinique à l’épreuve de la précaution et de l’éthique : la question de la responsabilité médicale des professionnels de la recherche », AFS, Congrès 2015 de l’Association française de sociologie, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 29-2 juillet 2015.
  • La ‘‘confiance épistémique’’ entre chercheurs et médecins », colloque « Science, innovation, technique et société », Université de Bordeaux, 9-11 juillet 2014.
  • « Configurations interdisciplinaires et épreuves identitaires des professionnels de la recherche clinique », 3ème journée d'étude des doctorants en sociologie des groupes professionnels, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, 24 juin 2014.

Mots clés :

Mise à jour le 12/02/2018

Contact

Amélie Petit
Doctorante en sociologie

Amélie Petit