Coline Salaris

Doctorante en science politique, allocataire MESR, moniteur

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie politique
  • Sociologie de la construction d’un groupe
  • Sociologie des mobilisations
  • Sociologie de la construction des problèmes publics
  • Sociologie de l’alerte et du risque
  • Sociologie des affaires
  • Sociologie de la santé
  • Identités et identités collectives
  • Associations de victimes

Axes et ateliers du laboratoire

Axe Identifications

Recherches en cours

Préparation d’une thèse de doctorat sous la direction de M. Antoine Roger, intitulée : « Les mobilisations de victimes d’affaires de santé publique - De la peine au problème public : familles Distilbène® et agriculteurs victimes des pesticides »

 Résumé

Loin de constituer une catégorie naturelle, la figure de la victime semble s'être attribuée depuis quelques décennies une place de choix dans l'espace public. Ce travail de thèse s'intéresse plus particulièrement au sentiment de victimisation d’individus membres de groupes de victimes intervenant dans le cadre d’affaires de santé publique. Mes recherches doctorales tentent de mesurer en quoi la rupture biographique liée à une pathologie ou un parcours de pathologie ( s ) , à l’origine de l’émergence d’une nouvelle forme d’identité, se révèle structurante dans la formation de collectifs. Les groupes victimaires en gestation constitueraient une réponse à la blessure vécue par les individus, victimes en devenir. Il s’agit par ailleurs de mesurer la capacité de ces groupes de victimes à requalifier leur action, c’est-à-dire à universaliser leur intérêt initial lié à une expérience intime en un problème de santé publique et in fine à l’imposer en tant que cause publique . En s'appuyant sur une comparaison de deux cas d'associations de victimes intervenant dans le domaine de la santé publique, trois associations liées à l’affaire du Distilbène (« Réseau DES France », « Les Filles DES » et « HHORAGES »), et l’association d’agriculteurs victimes des pesticides (« Phyto-victimes »), je cherche donc à mettre en lumière le travail politique et l'influence des groupes de victimes dans la construction d’un problème public de santé.

Enseignement

Tutorat de méthode et séminaire de lecture en sociologie politique – M1 (36 heures annuelles) – septembre 2012 – mai 2014

Publications récentes

  • Avec Laure Squarcioni, Hugo Canihac, Victor Marmeur et Corentin Poyet, « La perception des candidats à la présidentielle», in Céline Braconnier et Nonna Mayer, Les Inaudibles, sociologie politique des précaires, Les Presses de Sciences Po, Paris, 2015.
  • « Agriculteurs victimes des pesticides : une nouvelle mobilisation collective en santé au travail », La nouvelle revue du travail, [ en ligne ], 4/2014.

Communications

  • A venir : « Mobilisées par émotions, mobiliser les émotions : le cas des mobilisations de victimes du Distilbène® », Congrès de l’Association Française de Science Politique – 2015 Section Thématique 8 « Pour une politique des émotions », Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015.
  •  « Les victimes d’affaires de santé publique comme objets complexes. Comment intégrer incertitudes des données scientifiques ? Le cas des agriculteurs exposés aux pesticides », 6ème Congrès du CoSPoF, Section Thématique 18 «La Science Politique face aux objets complexes», Université de Lausanne, 5-7 février 2015, Lausanne.
  • « Mobilisations victimaires et construction d’un problème publique de santé : comment comparer deux affaires de santé publique ? », Ecole thématique « La comparaison, pourquoi faire ? Stratégies et pratiques de recherche en sciences sociales », 10-14 juin 2013, Biarritz.
  • « Victimes de santé et action publique. Mobilisation victimaire dans une affaire de santé publique : les familles Distilbène», Journée d’étude dans le domaine de la santé, EHESS, 13 novembre 2012, Paris.

Mots clés :

Mise à jour le 10/04/2015

Contact

Coline Salaris
Doctorante en science politique

Coline Salaris