Flora Heinrich

Doctorante en science politique, allocation de recherche du Conseil régional d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Politiques publiques de lutte contre le décrochage scolaire et en faveur de l’insertion sociale
  • Sociologie de l’action publique
  • Approche par les capabilités
  • non-recours à l’offre publique

Recherches en cours

Thèse : Le raccrochage social des décrocheurs scolaires sans solution : construction et mise en œuvre d’une politique régionale.Thèse sous la direction de Thierry Berthet. Date de début : avril 2016.

Contexte de la recherche :

Alors que l’Union Européenne évalue à 153 milliards d’euro le coût financier des jeunes NEETs[1] européens (Eurofound, 2012), les institutions européennes recommandent à 11 de ses Etats membres – dont la France - de mettre en œuvre une garantie européenne pour la jeunesse qui vise à « veiller à ce que tous les jeunes de moins de 25 ans se voient proposer un emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant la perte de leur emploi ou leur sortie de l’enseignement formel » afin d’ « investir dans le capital humain que représentent les jeunes Européens ». C’est donc dans ce contexte que le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale adopté lors du Comité interministériel de lutte contre les exclusions du 21 janvier 2013 prévoit l’expérimentation de la Garantie Jeunes dans 10 départements français. La Garantie Jeunes s’adresse donc à des jeunes NEETs de 16 à 25 ans en situation de précarité et prévoit un accompagnement au sein des Missions Locales pour favoriser leur insertion professionnelle ainsi qu’une aide financière. Février 2016, 81 départements expérimentent la Garantie Jeunes et une évaluation du dispositif est en cours avant sa généralisation prévue dans la loi Travail de la Ministre de l’emploi, Myriam El Khomri. Ce dispositif étatique s’inscrit dans le paysage complexe des politiques publiques en faveur du raccrochage social des décrocheurs scolaires sans solutions de manière concomitante au transfert de cette compétence vers les Conseils régionaux. Ainsi, la loi du 5 mars 2014 prévoit que les Conseils régionaux français deviennent au 1er janvier 2015 l’autorité publique en charge de la coordination, du repérage et de la remédiation du décrochage.

Problématique :

L’objectif global de ce projet de recherche est de produire une analyse des politiques publiques en faveur du raccrochage social des NEETs de 16 à 25 ans et elle sera conduite sur trois niveaux. On étudiera tout d’abord comment s’articulent à un niveau macro-analytique recommandations européennes et politiques publiques nationales. A partir d’une lecture critique des textes européens destinée à appréhender le référentiel que sous-tendent leurs recommandations, on étudiera la manière dont la France s’en est saisie et les raisons pour lesquelles elle l’a fait. Il s'agira dans un deuxième temps d’analyser les enjeux liés à l'animation et à la coordination de la Garantie Jeunes à un niveau méso (régional). Nous analyserons les antériorités que deux Régions (Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône Alpes) ont en matière de prise en charge du raccrochage scolaire et l’impact de l’arrivée d’une politique publique initiée par le Ministère de l’Emploi, la Garantie Jeunes, en parallèle du transfert de compétences. Enfin, nous nous intéresserons, dans une perspective micro-analytique à la mise en œuvre de ces dispositifs en analysant le rôle des opérateurs de terrain (marge de manœuvre et traitement des destinataires) et en appréhendant le parcours de raccrochage social des bénéficiaires de la Garantie Jeunes au prisme de leur propre point de vue (via l’approche par les capacités, développée par Amartya Sen).

[1] Not in Education, Employment or Training.

Mots clés :

Mise à jour le 11/10/2016

Contact

Flora Heinrich
Doctorante en science politique

Informations complémentaires