Luis Emaldi Azkue

Doctorant en science politique

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie politique
  • Sociologie électorale
  • Ethnorégionalismes et conflits centre-périphérie
  • Partis politiques et systèmes partisans

Axes et ateliers du laboratoire

  • Axe Identifications
  • Axe Légitimités, organisations et représentations

Recherches en cours

Préparation d’une thèse intitulée “Ethno-regionalismes et systèmes partisans en Europe (2008-2017): les transformations des systèmes de partis dans les régions de conflits centre-périphérie pendant la crise. Les cas du Pays Basque, l’Écosse et l’Italie du nord.” Sous la direction de Xabier Itçaina. Début de thèse septembre 2017.

Résumé: Depuis le crash financier de 2008, la crise économique est devenue une crise politique qui traverse de nombreux pays européens et plus précisément les systèmes partisans qui ont configuré la politique depuis des décennies. De nouveaux partis politiques, certains inspirés par les mouvements sociaux qui ont agité principalement le sud de l’Europe depuis 2011, ou d’autres plus vieux qui connaissent un succès renouvelé, transformant le politique. Par ailleurs, des conflits centre-périphérie qui existaient depuis longtemps, n’ont perdu aucune actualité et connaissent au contraire un élan renouvelé, notamment illustré par le referendum pour l’indépendance de l’Écosse en 2014.

Ce projet de recherche a pour objectif d’analyser les transformations des systèmes de partis survenues durant la crise, au sein des régions d’Europe où l’espace politique est structuré par deux clivages, celui du capital/travail et celui dérivé d’un conflit centre/périphérie. Aussi, il s’agira d’examiner la transformation de ces ethno-régionalismes en relation avec les nouveaux partis, à travers une approche multidimensionnelle. La méthode combine les approches quantitative et qualitative, en étudiant les partis politiques et leurs organisations, leurs positionnements idéologiques et leurs discours à travers leurs programmes électoraux, et enfin, leurs électorats. Ce sont ici les cas du Pays Basque, de l’Écosse et du nord d’Italie qui seront plus précisément étudiés.

Nous partons de l’hypothèse provisoire que ces ethno-régionalismes se transforment avec l’avènement des sociétés contemporaines et des nouvelles valeurs, de nouveaux mouvements sociaux et de nouvelles formes de partis politiques. Ces mutations du paysage politique déplacent la question des revendications nationales d’une dynamique nationaliste traditionnelle, au sens du XIX/XXe siècle, vers une forme d’approfondissement démocratique par le rapprochement des institutions aux citoyens. En parallèle, d’importants réalignements électoraux ont lieu alors que les clivages politiques se transforment également, conséquence en partie, du renouvellement générationnel des électeurs.

Mise à jour le 27/09/2017

Contact

Luis Emaldi Azkue
Doctorant en science politique

Informations complémentaires