Marine Delaunay

Doctorante en sociologie, Université de Bordeaux

Domaines de spécialisation | Mots clés

  • Sociologie comparée
  • Analyse des politiques publiques
  • Sociologie des institutions pénales
  • Sociologie des violences de genre

Mots Clés : : violences entre partenaires intimes, systèmes d’États providence et régimes de genre, institutions pénales, expériences de violence et de justice des auteurs de violences

Responsabilités institutionnelles

  • Membre du Réseau Thématique Sociologie du Droit et de la Justice (13) (2017-....)
  • Membre du Laboratoire Junior VIsaGE, Analyse des VIolences de GEnre : Données, santé, jeux d’échelles, rattaché à la Cité du Genre de l’Université Sorbonne Paris. Laboratoire piloté par Delphine Lacombe, Pauline Delage et Catherine Cavalin (2017)
  • Membre du comité de travail sur l’insertion professionnelle des docteur·e·s du Centre Emile Durkheim (2017)
  • Coresponsable de l’axe Légitimités, Organisations, Représentations du Centre Emile Durkheim (2016-2018)
  • Représentante des doctorants au Conseil de Laboratoire du Centre Emile Durkheim (2016-2018)
  • Coresponsable du Séminaire Doctoral du Centre Émile Durkheim (2016-2017)
  • Coprésidente de l’association des doctorants en Sociologie "Vocation Sociologue" (2016-2017)
  • Coresponsable de l’atelier Genre du Centre Émile Durkheim (2014-2015)
  • Tutrice pour les étudiants en Licence de Sociologie, Université de Bordeaux (2013-2014)

Axes et ateliers du laboratoire

  • axe Légitimités, organisations, représentations (LOR)

Recherches en cours

Thèse : Les violences entre partenaires intimes : de l’indignation politique et morale aux pratiques routinières des institutions pénales. Une comparaison entre la France et la Suède, Thèse en préparation depuis Octobre 2014, sous la direction de Éric Macé

Résumé

Cette thèse propose de comprendre les ressorts du décalage entre l’indignation politique et morale que suscitent les violences entre partenaires intimes en France, et les pratiques routinières de leur prise en charge par l’institution pénale. L’hypothèse générale consiste à penser que la mobilisation des problématiques relatives aux rapports de genre tendrait à politiser davantage les pratiques judiciaires. La méthode comparative éclaire par contrastes les cadres sociaux et juridiques à partir desquels les violences sont définies et leurs causes interprétées. En France, l’intimité du lien entre les partenaires fonctionne comme un standard qui déclenche automatiquement la mise en œuvre d’une circonstance aggravante. En Suède, ces violences consistent en une infraction spécifique qui considère la distribution genrée des rôles de victimes et de coupable. Quelle est l’influence de ces cadrages sur le traitement institutionnel des violences entre partenaires intimes ? Reposant sur plus d’une centaine d’entretiens et des observations, la thèse documente la manière dont les pratiques des acteurs (enquêteurs, médecins légistes, procureures, juges et intervenant sociaux) s’alignent pour produire des qualifications pénales, réguler les flux et sanctionner ces affaires. Elle met en relief les contraintes socio-organisationnelles, les règles normatives et ce qu’elles permettent comme marges de manœuvres au déroulement de ces activités sociales. Enfin, elle interroge le sens que les acteurs professionnels mettent dans leurs pratiques et que les justiciables, désignés comme auteurs de violences par la justice, trouvent dans la sanction pénale. La rencontre des cadres, des pratiques et des subjectivités produit in fine une euphémisation de la dimension politique des violences en France, et une politisation comprenant un certain nombre d’angles morts en Suède.

Mots clés :Violences entre partenaires intimes, problèmes et politiques publics, institutions pénales, expériences de violence et de justice des auteur.e.s de violences.

Enseignements

2019-2020             

  • Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Sciences Po Bordeaux
  • Conférences de Méthodes : "Méthodes qualitatives et quantitatives des sciences politiques", 3e année

2018-2019             

  • Vacataire, Département de Sociologie, Université de Bordeaux (42 heures TD)
  • CM Introduction à la Sociologie du Droit, Licence 3
  • TD de méthode : "Ecriture et mise en forme du mémoire", Licence 3
  • Encadrement des mémoires de Licence 3

2017-2018

  • Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Département de Sociologie, université de Bordeaux (192 heures TD)
  • CM Violences et Justice, Licence 2 et 3
  • TD Auteurs et Textes, Licence 1
  • TD Connaissance du Monde Professionnel, Licence 2
  • TD Documents et Synthèses, Licence 2
  • TD Enquête Qualitative, Licence 2
  • TD Formation à Excel, Licence 1
  • TD Observation, Licence 1
  • TD Questions et Argumentation, Licence 2
  • TD Technique d’Expression, Licence 1
  • TD Terrain Exploratoire, Licence 2

2016-2017

  • Doctorante contractuelle avec missions d’enseignement, Département de Sociologie, université de Bordeaux (64 heures TD)
  • TD Auteurs et Textes (L1)
  • TD Faits et Analyse (L1)
  • TD Connaissance du Monde Professionnel (L2)

Publications

  • Compte-rendu de : "Lena Martinsson, Gabriele Griffin, Katarina GiritliNygren (dir.), Challenging the myth of genderequality in Sweden"Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017.

Communications

Colloques nationaux

  • "Les dispositifs médico-légaux au service de principes gestionnaires : l’administration de la preuve des violences entre partenaires intimes en France et Suède", Session croisée des RT 13 et RT 29 Classer, catégoriser, qualifier : quand le droit rencontre la science, Congrès de l’Association Française de Sociologie, Aix-en-Provence, 27-30 Août 2019.
  • "Considérer le genre des auteurs et victimes de violences entre partenaires intimes : Quelles asymétries de prise en charge par les systèmes judiciaires suédois et français ?", Congrès de l’Association Française de Sociologie, RT 13 Sociologie du Droit et de la Justice, 3-6 Juillet 2017.

Colloques internationaux

  • avec Sofia Strid, “Gendered Violence Regimes: Context, Policy and Practice in Intimate Partner Violence in France and Sweden”, RC12 Sociology of Law, International Sociological Association, Toronto, Canada, 19th July 2018.
  • avec Jeff Hearn & Sofia Strid, “Losing Violence in Translation: Theorising Gender Violence Regimes.” JS : RC 02 Economy and Society, RC 32 Women in Society, International Sociological Association, Toronto, Canada, 19th July 2018.
  • “’We are Knights but Women are no Longer Princesses’: Men Facing with their own Violence Against Women”, Progressive Connexions Interdisciplinary Life, Sexual and Gendered Violence, Vienna, Austria, 2nd-3rd December 2017.
  • “Losing Gender in Translation: Violence Regimes in Egalitarian Sweden and France”, Progressive Connexions Interdisciplinary Life, Sexual and Gendered Violence, Vienna, Austria, 2nd-3rd December 2017.
  • "Penser les violences entre partenaires intimes avec les théories de l’Etat : Eléments de théorisation et d’opérationnalisation de régimes de violences de genre", Conférence Internationale Genre, sexualité et culture : Les enjeux de l’espace public autour de la Méditerranée. Comparaisons Union européenne/Maghreb, Casablanca, Maroc, 23-24 Novembre 2017.
  • “Is Naming Enough to Change the Practices? The Case of Men as Perpetrators of Intimate Partner Violence in the Criminal Justice System”, Conference on Men and Masculinities: Politics, Policy, Praxis, Örebro University, Sweden, 14th-16th June 2017.
  • "Comment les systèmes judiciaires façonnent les problèmes publics : Une étude de cas relative au genre des violences entre partenaires intimes", CR.20 Comparaisons Internationales, XXème Congrès de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, Montréal, Canada, Juillet 2016.

Communications sur invitation

  • "Expériences et représentations croisées des professionnels du traitement pénal et des auteurs de violences entre partenaires intimes", Réflexions en tout genre, IRTS Nouvelle Aquitaine, 21 novembre 2019.
  • "Quantifier les jours ou qualifier les risques pour traiter les violences entre partenaires intimes ?", Table Ronde, Le droit a-t-il oublié les femmes ? Semaine des droits des femmes, Université de Bordeaux, 7 mars 2018.
  • "Ce que le certificat médicolégal révèle de la prise en charge judiciaire des violences entre partenaires intimes : analyse comparative France-Suède", Séminaire Genre et Santé, Université de Bordeaux, 3 novembre 2016.
  • “Framing Intimate partner Violence in the Criminal Justice System: Sweden and France in Comparison” Lecture at the Centre for Feminist Social Studies, Örebro University, Sweden, March 1, 2016.
  • “The Processes of Construction of Intimate Partner Violence in Sweden and France: Challenging Norms and Deviance in Contemporary Conjugality” Lecture at the Centre for Feminist Social Studies, Örebro University, Sweden, November 10, 2015.

Discussions scientifiques

  • Discussion de l'ouvrage "La politique à l’épreuve des émotions", Alain Faure et Emmanuel Négrier (dir), en présence des auteurs, Axe Identifications du Centre Emile Durkheim, 9 mars 2017.
  • Discussion de l'ouvrage "Au tribunal des Couples" du Collectif Onze, en présence d'une des auteur·e·s, Emilie Biland, Atelier Genre du Centre Emile Durkheim, 19 mai 2016.

Communications internes au laboratoire

  • "La présentation de soi en situation d’enquête sur/avec les “puissants“",  Atelier Méthode du Centre Emile Durkheim, "Les “puissants“ sont-ils des enquêtés comme les autres ?" 23 mai 2016.
  • "De quelle sociologie devenir spécialiste? Interrogation sur l'adéquation entre la trajectoire personnelle, l'objet, l'enquête empirique et le cadrage théorique" Présentation des travaux doctoraux au Séminaire Doctoral du Centre Emile Durkheim, 12 mai 2016.

Organisation de journées d'étude et manifestations scientifiques

  • Coorganisatrice de la Journée d’Etude Doctorale du RT 13, Sociologie du Droit et de la Justice, 26 mars 2018.
  • Coorganisatrice de la Journée d’Eude de l’Axe Identification du Centre Emile Durkheim La politique des Emotions, 30 mai 2017.
  • Coorganisatrice de la Journée d'Etude Être pris.e dans la toile des relations d'enquêtes : modalités d'implication sur le(s) terrain(s) et leurs enjeux, organisée par les associations de doctorant.e.s du CED et du LAM, Bordeaux, 23 juin 2016.

Mots clés :

Mise à jour le 22/11/2019

Contact

Marine Delaunay
Doctorante en sociologie

Marine Delaunay