Moncef Bahar

Doctorant en science politique

Domaines de spécialisation | Mots clés

Mots clés : science politique, violence politique, relations internationales

Axes et ateliers du laboratoire

Recherches en cours

Titre de la thèse : « Le volet politique de lutte contre le terrorisme en Algérie 1992-2011 », sous la direction de  Laetitia Bucaille. Date inscription : novembre 2014.

Résumé

La menace que constitue le terrorisme d’obédience islamiste, est considérée aujourd’hui comme étant un défi mondial en matière de sécurité, qui s’impose à l’ensemble de la communauté internationale. Ses causes, ses manifestations et les moyens pour la combattre sont au cœur des préoccupations de l’ensemble des centres de prise de décisions politiques et des centres de recherche scientifique à travers le monde. L’Algérie est le premier Etat victime, à une échelle de masse, de ce phénomène. C’est pourquoi, l’Algérie, a développé durant prés de deux décennies à divers niveaux internes et externes, un certain nombre de mesures de différentes natures (juridiques, sociales,...etc) couvrant les champs de la prévention et de la répression pour réduire la menace terroriste sur son territoire. En effet, l’Algérie a incontestablement acquis, au prix de lourds sacrifices, tant en vies humaines que des pertes matérielles considérables, une expertise qui suscite aujourd’hui un intérêt international illustré notamment par l’inscription de certaines de ces mesures sur ce qui est appelé « le répertoire des meilleures pratiques pour la prévention et la répression du terrorisme transnational » tenu par le Comité Contre le Terrorisme (CCT- Résolution 1373) du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

C’est dans ce cadre que nos recherches auront pour objet d’analyser les politiques de dé radicalisation et de lutte contre l’intégrisme mises en œuvre par les pouvoirs publics en Algérie, tout au long de la période s’étalant entre 1992 à 2011. La thèse qui sera défendue lors de cette recherche tend a démontré que la réponse d’ensemble développée par l’Algérie, a permis, simultanément, le déclin de la force attractive de l’idéologie salafiste djihadiste et réduit drastiquement ses manifestations physique. Les groupes terroristes, toujours en activité, sont ceux prônant l’idéologie salafiste djihadiste internationaliste tel «AQMI», principalement au Sahel mais aussi dans certaines zones isolées du territoire national.

Mots clés :

Mise à jour le 29/04/2015

Contact

Moncef Bahar
Doctorant

Sciences Po Bordeaux
11 allée Ausone
33607 Pessac cedex