Légitimités, organisations et représentations (LOR)

Animation : Camille Bedock, Thibault Bossy, Amaïa Courty et Tinette Schnatterer

Problématique, question générale

Une démocratie sans représentation

Comment les profanes redéfinissent-ils le politique et ses modalités ? Comment les modes de gouvernance par les élus sont critiqués, dépassés ou non ? C’est à partir de ce grand questionnement que se structurent les contributions théoriques, empiriques et méthodologiques de l’axe LOR.

La représentation politique et ses institutions se reconfigure de multiples manières. Elle prend la forme de la modification des règles du jeu politique (parité, cumul des mandats, mise en place de dispositifs de participation), de la mutation des groupes d’intérêt et des mouvements sociaux, ou encore de l’émergence de nouveaux modes de gouvernance (réseaux et institutions européennes, fusion de régions, métropolisation). Ces transformations contribuent à reconfigurer les liens entre politics et policies, à transformer l’action publique ou encore à redéfinir les liens entre le centre et la périphérie.

L’axe LOR s’inscrit d’abord dans des enjeux théoriques, en cherchant à faire dialoguer plusieurs approches : sociologie politique de l’action publique, néo-institutionnalisme, ou encore choix rationnel. En mobilisant à la fois des outils tirés de l’action publique et de la sociologie politique, il contribue à développer une sociologie des acteurs, qu’il s’agisse des citoyens, des décideurs politiques, ou encore des groupes d’intérêts.

Cet axe se distingue aussi par son approche méthodologique, qui cherche à combiner des méthodes diverses : observation, entretiens (individuels et collectifs, intervention sociologique), analyses lexicales, analyses statistiques, analyse géométrique des données. Ses membres mobilisent aussi bien des méthodes qualitatives que quantitatives ou mixtes. La comparaison, qu’elle soit infra ou internationale est un outil d’analyse privilégié par les contributeurs de l’axe.

Organisation de l'axe LOR

L’axe LOR fonctionne de manière souple, s’adaptant avant tout aux demandes des membres de l’axe, qu’il s’agisse de la présentation d’un ouvrage ou d’un travail en cours, de la mobilisation de chercheurs invités, de l’organisation d’une journée d’études, ou d’un séminaire inter-axes.

Il organise une ou deux demi-journées d’étude par an, autour de thèmes structurants qui peuvent toucher à des enjeux théoriques ou méthodologiques (ex : genre et carrières politiques et administratives en octobre 2017, relations centre-périphérie en situation de décumul en mars 2019, le quali-quanti en pratique en juin 2019).

Le reste des séances (environ 8 rencontres par an) est consacré à des présentations de chercheurs titulaires, de doctorants ou de chercheurs invités, en collaboration avec d’autres axes chaque fois que c’est possible. Depuis la rentrée 2018, l’axe LOR a par exemple accueilli Alice Mazeaud pour la présentation de son ouvrage sur le marché de la démocratie participative, Martin Haselmeyer sur les campagnes électorales, ou encore Marc-André Bodet sur la question du leadership.

Projet(s) financé(s)

  • Projet « Jeunesses, citoyennetés et inégalités sociospatiales », sous la direction de Vincent Tiberj, financé par la région nouvelle Aquitaine (2018-2021)

voir les événements de l'axe LOR pour l'année en cours

Mise à jour le 23/09/2019