Séminaire général 2019-2020

Dépassée, la représentation ?

Dans le cadre de la démocratie représentative, la légitimité à gouverner se fonde sur la distinction entre gouvernants et gouvernés, ainsi que sur le monopole, parfois formel, des professionnels sur les décisions (Manin 1996). Or, le "gouvernement représentatif" s’est fortement métamorphosé et recomposé depuis plusieurs décennies. Le constat est partagé : la défiance croissante vis à vis des gouvernants dans beaucoup de démocraties a favorisé l’émergence d’un impératif participatif et délibératif (Sintomer et Blondiaux 2002) qui réinterroge la place des gouvernants et des gouvernés et un réformisme institutionnel qui renforce les opportunités de participation par des citoyens ordinaires (Gourgues 2013; Newton et Geissel 2012; Reuchamps et Suiter 2016; Smith 2009).

Ensemble, théoriciens politiques et acteurs reconfigurent le "nouveau sens commun  démocratique" et réinterrogent la place de la délibération (Dryzek 2000; Elster 1998; Fishkin 2009; Landemore 2017) et de la participation des citoyens ordinaires à la prise de décision (Fournier et al. 2011; Grönlund, Bächtinger, et Setälä 2014; Norris 2011). Les transformations sont sans doute limitées par les conceptions et les positions des élus, à la fois juge et partie, et statutairement attachés à la représentation politique. Force est de constater que l’appel à la participation qui se diffuse dans de multiples arènes depuis plusieurs décennies n’a pas réenchanté le lien représentatif. Son bilan, en dépit d’une forte institutionnalisation, peut apparaître fragile et décevant et citoyens comme chercheurs demeurent sceptiques face à des procédures et dispositifs qui "donnent le change plus qu’ils ne changent la donne".  L’offre publique de participation (émanant des autorités politiques) peine à rencontrer l’offre civile (émanant de la société civile) et la critique de la délégation reste vive dans la société des individus égaux.

La représentation semble donc fréquemment perçue comme trahissant l’idée démocratique plutôt que permettant son accomplissement, un détournement élitaire de la souveraineté populaire plutôt qu’une modalité d’émergence de la volonté démocratique. Le conflit entre la représentation et ses alternatives n’est certes pas nouveau, mais cette tension constitutive est aujourd’hui entrée dans une phase où son acuité est particulièrement forte. De fait, on assiste peut-être à l’émergence d’une seconde génération de dispositifs participatifs liant davantage participation et décision et allant vers la "directisation" des démocraties. Par exemple, nous assistons à la multiplication des usages et références au tirage au sort, tant dans les expérimentations institutionnelles que dans les revendications de mouvements sociaux (Gastil et Wright 2019, Courant, Sintomer, 2019) et à une diffusion des réferendums en Europe (Morel, Qvortrup, 2018)

Le séminaire général du Centre Émile Durkheim a pour objectif d’interroger la place de la représentation dans les conceptions et pratiques des acteurs, aussi bien du côté des gouvernants et décideurs que des gouvernés (citoyens ordinaires, mouvements sociaux, etc.). Dans leurs conceptions de la démocratie, quel est l’attachement à la représentation, sa nécessité, ses justifications ? Dans les pratiques contemporaines de la participation, la représentation est-elle dépassée, ou bien la participation constitue-t-elle toujours une continuation de la représentation par d’autres moyens ? Doit-on toujours continuer à penser la démocratie comme fondée sur une distinction entre gouvernants et gouvernés ou doit-on penser en termes d’interaction, d’hybridation, de dépassement ou d’articulation ?

 ______________

Pour l’année 2019-20, le séminaire souhaite se concentrer sur l’offre politique avant d’envisager ultérieurement les conceptions et pratiques des groupements et mouvements de la société civile (acteurs sociaux, mouvements sociaux). Il se fonde sur l’invitation de chercheuses et chercheurs dont les travaux se situent à la croisée de la sociologie politique et de la philosophie politique morale et qui prennent position pour des procédures de directisation de la démocratie. C’est aussi l’occasion à chacune des séances d’examiner des procédures qui sont au cœur de la tension entre exigence de souveraineté et fonctionnement de la représentation : tirage au sort, révocation, référendums. Au-delà de ces procédures, quelle est la place de la représentation dans les conceptions défendues de la démocratie par ces théoriciens ? Peut-on penser une démocratie qui se passerait de représentants pour fonctionner avec des citoyens tirés au sort et des référendums ?  Le but du séminaire est ainsi d’ouvrir un dialogue entre théorie politique et travaux empiriques sur les pratiques et conceptions des acteurs quant à la place de la représentation en démocratie.

 ______________

Courant, Dimitri, Yves Sintomer, "Le tirage au sort au XXIe siècle. Actualité de l’expérimentation démocratique", Participations, 23(1), 2019, p. 5-32.

Dryzek, John S. 2000. Deliberative Democracy and Beyond: Liberals, Critics, Contestations. Oxford University Press.

Elster, Jon. 1998. Deliberative Democracy. Cambridge: Cambridge University Press.

Fishkin, James. 2009. When the People Speak: Deliberative Democracy and Public Consultation. OUP Oxford.

Fournier, Patrick, Henk Van Der Kolk, R. Kenneth Carty, André Blais, et Jonathan Rose. 2011. When Citizens Decide: Lessons from Citizens’ Assemblies on Electoral Reform. Oxford: Oxford University Press.

Gastil, John, et Erik Olin Wright. 2019. Legislature by Lot: Transformative Designs for Deliberative Governance. London ; New York: Verso Books.

Gourgues, Guillaume. 2013. Les politiques de démocratie participative. Grenoble: Presses Universitaires de Grenoble.

Grönlund, Kimmo, André Bächtinger, et Maija Setälä, éd. 2014. Deliberative Mini-Publics: Involving Citizens in the Democratic Process. Colchester: ECPR Press.

Landemore, Hélène. 2017. Democratic Reason: Politics, Collective Intelligence, and the Rule of the Many. Princeton University Press.

Laurence Morel, Matt Qvortrup, 2018, The Routledge Handbook to referendums end direct democracy, Routledge.

Manin, Bernard. 1996. Principes du gouvernement représentatif. Paris: Flammarion.

Newton, Kenneth, et Brigitte Geissel, éd. 2012. Evaluating Democratic Innovations: Curing the Democratic Malaise? London: Routledge.

Norris, Pippa. 2011. Democratic Deficit: Critical Citizens Revisited. Cambridge: Cambridge University Press.

Reuchamps, Min, et Jane Suiter, éd. 2016. Constitutional Deliberative Democracy in Europe. 1st edition. Colchester, United Kingdom: ECPR Press.

Sintomer, Yves, et Loïc Blondiaux. 2002. "L’impératif délibératif". Politix 15 (57), p. 17‑35. https://doi.org/10.3406/polix.2002.1205.

Smith, Graham. 2009. Democratic Innovations: Designing Institutions for Citizen Participation. Cambridge: Cambridge University Press.

 

Voir l'agenda des événements programmés en 2019-2020 et les archives

Mise à jour le 20/11/2019