Des RI aux sociologies de l’international

Les bouleversements politiques engendrés par la fin de la Guerre Froide et la croissance de la globalisation ont conduit à un renouvellement paradigmatique de la discipline des Relations internationales. Parallèlement, l’étude de l’international a fait l’objet d’un intérêt croissant de la part d’autres disciplines (sociologie, histoire, philosophie…) porteuses de nouveaux questionnements (études de genre, études post-coloniales, analyse de l’action publique, sociologie économique, etc.). Il est désormais entendu que l’action publique comme celle des acteurs privés se déploie transnationalement à travers les différentes échelles spatiales et temporelles. De nouvelles articulations et le caractère socialement construit des problèmes comme du traitement politique dont ils font l'objet apparaissent en pleine lumière. 

Les membres de l’axe partagent la conviction qu’une approche sociologique de l’international permet de dépasser certaines dichotomies que la discipline des relations internationales a artificiellement construites (les oppositions agent/structure, acteur/système, idée/matière, pour ne donner que quelques exemples). L’hypothèse centrale est que l’approche sociologique permet de conférer un ancrage empirique à la recherche et, par conséquent, d’historiciser l’étude de l’international.

 

Trois nouvelles approches en chantier

  •  Les nouvelles approches de la sécurité (Audrey Alejandro, Gilles Bertrand, Mathias Delori, Jacques Faget, Eric Macé, Damien Simonneau, Evelyne Ritaine),
  • Les nouvelles approches de l'économie politique internationale (Caroline Dufy, Daniel Compagnon, Andy Smith, Olivier Cousin)
  • Les nouvelles dimensions du régionalisme: puissances émergentes et mondialisation (Daniel Bach, Gilles Bertrand, Caroline Dufy).

Projet(s) financé(s)

POWERS (Peace, War and the World in European Security Challenges)

Le projet a pour objectif scientifique d’analyser les problèmes contemporains associés aux questions de sécurité en Europe et aux perceptions des enjeux sécuritaires sur ce territoire et à ses frontières. Les questions sont abordées à travers une série de séminaires, conférences et écoles d’été organisés sur la durée du projet (3 ans) par les partenaires du réseaux Erasmus+ du consortium POWERS (University of Goettingen, University of Jordan, Dokuz Eylul University, University of Seville, Voronezh University, Université D’Enna (Sicile), Université de Perm) Les thèmes abordés seront successivement et parmi d’autres le rôle des acteurs étatiques et non étatiques dans la construction des enjeux et stratégies sécuritaires, le rôle des réseaux transnationaux, les questions socio-culturelles, religieuses, le terrorisme, les politiques identitaires (identity politics) toutes questions qui contribuent à redéfinir les enjeux de sécurité et les stratégies en Europe et au-delà. (coord. Caroline Dufy). Les chercheur·e·s intéressé·e·s sont les bienvenu·e·s.

Coordinatrice du projet : Caroline Dufy

Mise à jour le 19/07/2019