Dans des sociétés de la modernité avancée que beaucoup décrivent en crise, les individus ressentent leur fragilité dans un environnement sur lequel ils ont peu de prise. Ce sentiment est d’autant plus aigu que les politiques sociales liées aux ruptures scolaires et professionnelles, à la formation, à l’insertion sociale, à la précarisation de l’emploi et au handicap ne parviennent pas, ou peu, à agir sur les ressorts sociaux et économiques de la vulnérabilité. Ce manque d’efficience est dû soit à l’inadaptation de l’action publique, soit à son rejet, définitif ou provisoire, par ses bénéficiaires.

Une question scientifique : l’expérience individuelle des vulnérabilités et des politiques sociales

Le séminaire propose de poursuivre la réflexion collective engagée sur les inégalités et les injustices en explorant plus précisément les zones de vulnérabilités. Il s’agit de scruter les parcours (biographiques, scolaires, professionnels, de santé) sous l’angle des ressources individuelles et des supports institutionnels. Considérant que la vulnérabilité est un processus qui mène à l’exclusion ou l’intégration, la prise en charge des publics vulnérables par les politiques sociales est appréhendée depuis le point de vue des acteurs individuels et collectifs. L’idée est de s’appuyer sur les apports théoriques et méthodologiques croisés de la sociologie de l’expérience, des groupes professionnels, de l’analyse des politiques publiques, de l’approche renouvelée des injustices et des inégalités.

Des recherches engagées et des objets convergents

Les travaux, individuels ou collectifs, conduits au sein de l’axe ont permis l’émergence d’un pôle d’expertise interdisciplinaire sur les champs de l’éducation, la formation, l’emploi, l’action sanitaire et sociale. Ils prennent appui sur le centre régional aquitain du Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications). Co-dirigé par les animateurs de l’axe VIP, ce centre intègre et porte une série de recherches collectives relatives aux vulnérabilités, aux inégalités et aux parcours individuels. Ces travaux sont également adossés aux activités et problématiques de l’Observatoire girondin de la précarité et de la pauvreté (OGPP). Une série de programmes de recherche nationaux (ANR, DEPP-Ministère de l’éducation, DREES – ministère des Affaires sociales et de la Santé) et européens (FP7, Marie Curie) sont en cours qui abordent l’analyse sociopolitique de la vulnérabilité dans différents champs : l’école, l’université, la santé, l’action sociale, etc.

Animer une réflexion collective professionnalisante et élargie

L’objectif de l’axe est de mettre en chantier la réflexion sur l’expérience des vulnérabilités associant en premier lieu les chercheurs et doctorants du laboratoire. Il est aussi d’élargir la discussion à des membres externes. Des journées d’études élargies sont pour cela organisées au sein de l’axe VIP. Ce dernier est ouvert aux chercheurs, aux enseignants, aux doctorants et aux acteurs institutionnels intéressés par la question des vulnérabilités tant du point de vue du processus de construction de la fragilité sociale que de la capacité des personnes vulnérables à faire front voire à (s’)en sortir.

Voir les événements de l'axe VIP

Mise à jour le 19/07/2019