ESSAQUI – Institutionnalisations en miroir de l’économie sociale et solidaire en Aquitaine

CCRDT Conseil Régional d’Aquitaine - 2015-2018.

Partenaires : Centre Emile Durkheim – IFAID Aquitaine

Direction scientifique : Xabier Itçaina

ALTERECOLE | Les dynamiques territoriales et scolaires dans la construction de l'altérité : élèves migrants, itinérants et autres 'outsiders' dans les espaces socio-scolaires segmentés

Le projet ALTERECOLE vise à cerner l’impact des dynamiques territoriales et du contexte scolaire urbain et semi-rural aquitain sur la place qu’occupent les élèves migrants, et les autres dans un espace social et scolaire segmenté. Il cherche non seulement à comprendre ce que le contexte local « fait » aux trajectoires et aux identités des nouveaux venus mais plus largement ce que ces nouveaux arrivants « font »  aux identités collectives, territoriales et scolaires qui caractérisent les quartiers et les établissements qu’ils fréquentent. Ce faisant, la question de l’altérité qui est ici posée dépasse les seules catégories des migrants puisqu’il s’agit plus profondément de comprendre comment se créent des frontières symboliques à l’école en fonction des contextes sociaux et scolaires qui connaissent des arrivées de populations nouvelles issues ou non de l’immigration. Le projet s’inscrit ainsi à la jonction de trois champs de recherche portant l’un sur les nouvelles immigrations, l’autre sur les inégalités territoriales et la scolarité et le troisième sur la construction des frontières symboliques de la différence. En analysant un ensemble de configurations territoriales et scolaires représentatif de la diversité du contexte aquitain caractérisé par un fort contraste entre l’agglomération bordelaise et des départements à dominante rurale ou qui comportent des centres urbains de taille moyenne, nous chercherons à cerner à la fois les dimensions objectives qui orientent les trajectoires des élèves (offre scolaire, hiérarchie entre établissements, stratégies des familles) en tenant compte des trois niveau, primaire, collège, lycée, et à saisir les dimensions plus subjectives d’identification et de différenciation entre les jeunes.

Financement : Conseil Régional d’Aquitaine, Juin 2015 – Juin 2018

Coordinateurs du projet : Claire Schiff, maître de conférences en sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim, Joëlle Perroton, maître de conférence en sociologie, Université de Bordeaux/ Centre Emile Durkheim, Isabelle Rigoni, chercheure associée au Centre Emile Durkheim.

Citoyenneté, action locale et diversité linguistique : comparaisons Canada-France

Financeur : Fonds France-Canada pour la recherche - Programme 2014 « Nouvelles collaborations de recherche »

Durée : 24 mois (2015-2016)

Partenaires : Linda Cardinal (Université d’Ottawa), Xabier Itçaina (CNRS-Centre Emile Durkheim-Sciences Po Bordeaux), Jean-Baptiste Harguindéguy (Universidad Pablo Olavide, Séville)

Le projet pose une question centrale en matière de recherche sur l’implantation des politiques publiques en contexte de diversité linguistique : comment s’effectue la « traduction » des normes étatique au niveau local et comment réagissent les acteurs locaux à l’égard de ces conventions? Le projet tentera de répondre à cette question grâce à la comparaison de l’action locale des acteurs publics dans deux régions : le Pays basque français et l’Est ontarien.  Certes, la France est de facto un pays unilingue français alors que le second est un pays officiellement bilingue.  Par contre, en déplaçant le regard à un échelon infranational, certaines caractéristiques deviennent importantes pour l’étude comparée des régimes linguistiques locaux. D’abord, le Pays basque français a développé une forme d’aménagement favorable à la diversité linguistique alors que l’Est ontarien n’a pas de politique linguistique locale, malgré l’existence d’un bilinguisme étatique sur le plan pancanadien.  Ainsi, dans les deux cas, les comportements linguistiques sont en décalages avec les politiques étatiques nationales. Ensuite, les deux régions ont des caractéristiques socioéconomiques qui rendent la comparaison pertinente, soit des économies largement agricoles ainsi qu’une position géographique frontalière. L’Est ontarien comprend la capitale du Canada, Ottawa, ainsi qu’un ensemble de petites villes longeant la rivière des Outaouais, frontière entre l’Ontario et le Québec. Le Pays basque s’étend des deux côtés de la frontière franco-espagnole. Dans les deux régions, les échanges culturels et économiques transfrontaliers sont importants. Ainsi, grâce à la comparaison, nous pourrons donc évaluer si ces dimensions sont aussi favorables à la traduction ou réinterprétation des normes étatiques sur le plan local.

Les régulations du culte à l’épreuve du genre

 GIS Genre, Magali Della Sudda

Le projet scientifique est né d’une interrogation sur les dynamiques de genre à l’œuvre dans la régulation des cultes. La politisation récente des questions de genre par des groupes religieux a mis en lumière le rôle des institutions religieuses dans la production des identités sexuées. L’articulation entre la laïcité et le genre avait précédemment été étudiée sous l’angle des féminismes  ou des conflits suscités par la préparation de la loi de 1905 (Della Sudda, 2005*). Plus récemment, les fondement théologiques et le cadrage séculier utilisé par les instances religieuses pour dénoncer la théorie du genre, puis le mariage civil des couples de même sexe ont fait l’objet d’investigation ; tandis que les mobilisations de la « Manif pour tous », portées par des groupes d’inspiration religieuse - très majoritairement catholiques – ont suscité de nombreuses réflexions académiques. Toutefois, une dimension est demeurée peu interrogée : celle de la régulation des cultes et de ses dimensions genrées. Or, c’est bien la régulation du culte telle qu’elle est définie dans le cadre de la loi de 1905 et ses modifications successives qui est mise en discussion de manière accrue depuis une vingtaine d’année.  

C’est à l’aune du genre que des spécialistes du genre, sociologie des religions et des politiques de sécurité souhaitent interroger la production de, les tensions relatives à et les modalités de régulation des cultes. L’hypothèse de ce projet de recherche est que le genre est un élément structurant de la laïcité, en tant que modalité de régulation des pratiques religieuses, et qu’il affecte - en même temps qu’il produit- les dispositifs de régulation des cultes. Pluridisciplinaire, le projet entend démontrer le caractère utile si ce n’est indispensable du genre dans une réflexion sur les politiques de régulation du culte, entendues ici comme la manière dont sont définies les normes et dont sont encadrées les pratiques religieuses par les institutions. La laïcité, entendue du point de vue de l’État comme un « répertoire d’action administratif » sera examinée sous un angle jusqu’ici négligé qu’est le genre.

Plus d'info

Jeunes et éducateurs dans la démocratie des identités ( JEDI)

 Co-porteur : Yann Raison du Cleuziou

Présentation : L’Aquitaine et le Québec présentent des modèles apparemment différents de gestion des identités, liés à leur inscription dans deux espaces aux modèles d’intégration différents (universalisme républicain d’un côté, interculturalisme/multiculturalisme de l’autre). Dans chacun de ces espaces, les modèles développés ailleurs font figure, selon les camps, de panacée ou d’épouvantail. Dans un contexte de crise, il importe d’y voir plus clair, non seulement au niveau des principes, mais aussi, et surtout, au niveau des applications effectives de ces modèles.Le projet JEDI, structuré autour de la coopération d’universitaires français, aquitains pour la plupart, et québécois, vise à produire et diffuser un livre collectif sur la thématique « Jeunes et éducateurs dans la ‘‘démocratie des identités’’ : ‘‘vivre ensemble’’ et régulation des diversités (fin XIXe-XXIe siècles) » qui puisse servir d’outil à la fois scientifique et pédagogique. Ce livre cherchera à dépasser la juxtaposition des regards aquitains et québécois non seulement en croisant les perspectives locales et internationales, mais aussi en incluant des enquêtes écrites à plusieurs mains venues des deux régions impliquées. Il est ouvert vers d’autres espaces, notamment la Californie. Le projet vise à créer des partenariats dynamiques qui décentrent réellement les regards des citoyens en leur donnant à voir leur propre société à partir d’un lieu à la fois assez familier et assez étranger pour provoquer de fertiles dialogues.

Plus d'info

EVASCOL

Évaluation de la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés (EANA) et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (EFIV)

Projet non porté par le Centre Émile Durkheim mais dont 3 membres sont partenaires : Claire Schiff, Isabelle Rigoni et Maïtena Armagnague

EVASCOL étudie les conditions de scolarisation, en cherchant à repérer les freins et les leviers à un parcours scolaire réussi et en s'intéressant au ressenti des élèves et au point de vue des familles. L'étude porte sur les différentes étapes depuis les procédures d'accueil de l'élève à l'organisation de sa scolarité au quotidien, que l'élève soit inscrit dans des dispositifs spécifiques ou non, de type Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants (UPE2A), Unité Pédagogique Spécifique (UPS), antennes scolaires mobiles, enseignement à distance ou enseignement spécialisé.

Plus d'info

Mise à jour le 16/05/2017