Projets financés

Les projets artistiques et culturels dans les établissements de santé. Quels changements dans les pratiques et les organisations ?

Projet financé par le Conseil Régional d’Aquitaine

Cette recherche pilotée par Françoise Liot s’intéresse aux projets aux projets artistiques et culturels développés à l’hôpital et dans les établissements médico-sociaux. Cette politique transversale, sous tendue par des protocoles d’accord signés entre Ministère de la culture et Ministère de la santé (en 1999 puis en 2010), apparaît comme une occasion d’expérimentation dans des politiques publiques traditionnellement cloisonnées, elle met en relation des acteurs aux objectifs professionnels, aux valeurs et aux pratiques totalement différents. Qui plus est, elle fait se connecter des mondes organisationnels qui se sont structurés selon leurs logiques propres. En créant des frottements entre ces pratiques, ces valeurs et ces modes différents de structuration, les projets à l’hôpital viennent questionner les pratiques et les représentations de chaque catégorie d’acteur (conception du soin pour les soignants, rôle octroyé à la création pour les artistes…) mais également les fondements organisationnels de chacun des mondes (place du patient dans l’univers médical et médico social, logiques de diffusion artistique dans le monde de la culture). L’objectif de cette recherche est de comprendre ce que ces projets font aux pratiques et aux modes d’organisation dans lesquels ils se mettent en place. Notre travail interroge l’ensemble du dispositif dans sa dimension politique et organisationnelle. Il s’agit d’une part de comprendre comment une politique publique transversale voit le jour et se met en œuvre et comment elle contribue au renouvellement de l’action publique. D’autre part, en prenant appui sur la sociologie des organisations, il est question pour nous d’analyser la manière dont les projets traversent les organisations et font l’objet d’une appropriation par les acteurs à même de transformer leurs pratiques et de produire du changement.

La contrainte pénale. Conditions de mise en œuvre et effets

Financée par la Mission de recherche Droit et justice, cette recherche (2015-2017) par entretiens et observations, qui associe sociologues, politistes et juristes ouverts aux sciences sociales, vise à étudier les représentations des divers acteurs participant au prononcé ou à la mise en œuvre de la contrainte pénale, les conditions concrètes de cette mise en œuvre à chaque étape du processus, ainsi que les effets induits par la montée en puissance du dispositif. Afin de mieux saisir l’effet des configurations locales d’acteurs sur l’appropriation de cette nouvelle peine, cette recherche s’appuie sur une comparaison entre sept tribunaux de taille différente, impliquant des chercheurs du CESDIP (coord. C.Mouhanna - Créteil, Le Mans et Orléans), de Bordeaux (C.Vigour - coord., J.Faget et Y.Meziani), de Saint-Etienne (I.Sayn et V.Perroteau), de Poitiers et de la Rochelle.

Plus d'info

MANAJUSTICE - Les transformations de la justice sous l’impulsion d’une logique gestionnaire : circulations internationales des professionnels et des instruments

L’institution judiciaire a connu de profondes transformations ses vingt dernières années, sous l’impulsion notamment d’une logique gestionnaire qui se caractérise par l’attention aux coûts et à l’efficience, au-delà des préoccupations en termes de qualité. Dans le contexte des réformes de l’Etat, ces changements soulèvent des questions relatives aux professionnels et à leurs marges d’action, aux logiques internationales, nationales et locales à l’œuvre, ainsi qu’à leur portée. Comment une telle logique gestionnaire prend-elle place dans l’institution judiciaire et avec quels effets ? Quels sont les acteurs qui la promeuvent au niveau européen et en France ? Comment des logiques d’action traditionnellement étrangères à la justice s’hybrident-elles avec celles des professionnels du droit ? Ce projet s’appuie sur cinq options, déclinées sur le plan des dynamiques d’innovations, des identités et pratiques professionnelles, et sous l’angle des enjeux socio-politiques : l’analyse des acteurs, de leurs idées et de leurs instruments, en prêtant attention à la diversité (ou non) des groupes professionnels impliqués ; l’intérêt porté à leurs circulations entre les niveaux européen, national et local ; la mobilisation d’approches quantitatives et qualitatives (entretiens, observations, prosopographie, questionnaires auprès des magistrats, entretiens collectifs avec les justiciables) ; la prise en compte du point de vue des professionnels comme des justiciables ; une sociologie politique de la justice, mobilisant la sociologie des professions et celle des réformes de l’Etat.

Une équipe de recherche pluridisciplinaire

  • A Sciences Po Bordeaux, au Centre Emile Durkheim

Cécile VIGOUR, coordinatrice du projet, Chargée de recherche au CNRS, Sciences Po Bordeaux
 Bartolomeo CAPPELLINA, Doctorant en science politique
 Olivier COUSIN, Professeur des Universités en sociologie à l’Université de Bordeaux
 Jacques FAGET, Directeur de recherche au CNRS
 Viviane LE HAY, Ingénieure de recherche au CNRS

  • A l’Université de Nantes, laboratoire Droit et changement social

Virginie GAUTRON, Maitresse de conférences en droit
 Jean DANET, Maitre de conférences en droit

  • A Sciences Po Grenoble, laboratoire PACTE

Laurence DUMOULIN, Chargée de recherche au CNRS

Plus d'info :

MANAJUSTICE FR

MANAJUSTICE EN

Mise à jour le 02/10/2015